Accueil » RÉGIONS » El Tarf. Qui est à l’origine des augmentations?

El Tarf. Qui est à l’origine des augmentations?

C’est pour quand la disponibilité du lait en sachet, de l’huile de table et de la semoule? Le ministre du Commerce a annoncé plus d’une fois qu’il n’y a pas de pénurie dans ces produits de large consommation, mais sur le terrain, point de lait, point de semoule et pas un litre d’huile de table. Les ménagères ne cessent de courir d’épicier en épicier pour avoir un sac de semoule, quelques litres de lait pour les offrir à leurs mioches qui, eux aussi, ne cessent de réclamer ce produit tant désiré par les petits. Obtenir un litre d’huile de nos jours est tout une histoire, même si on est client chez un quelconque commerçant. C’est dire que la commercialisation de ces produits se fait dans une anarchie totale depuis que l’on a confié le monopole à l’Etat. Certains commerçants nous ont déclaré que depuis, ils n’ont pas eu un seul sac de semoule ou un litre d’huile. Bien que l’Etat n’ait annoncé aucune augmentation de ces produits, le lait en sachet se vend entre 30 et 40 dinars, en sus de la chribet vendue, avec obligatoirement, à raison d’un sachet pour 04 sachets de lait, si ce dernier est disponible. Pour rappel, le lait a fait couler beaucoup d’encre depuis le début du mois de Ramadhan, et même avant. On a constaté avec amertume sa disparition des étals et les chaînes interminables sur les points de vente lorsqu’il est disponible. En ce qui concerne la semoule et le bidon d’huile, ils sont respectivement à 800 dinars le sac de 40 kg, 1.800 dinars le sac de 25 kg. Le bidon d’huile de table 05 litres entre 750 et 1.000 dinars. Mais il faut courir dans tous les coins pour le trouver surtout en ces derniers jours du mois sacré du Ramadhan. La mercuriale, au niveau de la wilaya d’El Tarf, a atteint des prix inimaginables de 800 dinars la banane, 200 dinars la tomate fraiche, 140 dinars la carotte et les artichauts. Cette situation dénoncée par toutes les couches sociales a fait réagir les services de la DCP. Cette dernière a dispatché ses agents de contrôle et inspecteurs qui ont épinglé quelques commerçants malhonnêtes qui s’adonnent à la spéculation et qui sont à l’origine de cette crise qui donne le tournis. Pourtant, la Direction du Commerce et de la Promotion fait état de l’approvisionnement régulier du marché en produits de large consommation. Mais sur le terrain, le citoyen lambda ne sait plus où donner de la tête. A El Tarf, zone frontalière, les pénuries sont légion depuis le début du mois sacré de Ramadhan et bien avant. Le citoyen attend inlassablement que les pénuries se dissipent afin de pouvoir respirer car il se sent, dans le sens le plus large du terme, étouffé. Dans les magasins du chef-lieu de wilaya, les prix des vêtements sont inabordables, selon les clients rencontrés car il faudrait un million, et plus, pour pouvoir habiller un enfant de 06 à 08 ans. Les salariés ne feront que fureter des yeux ces articles car ils n’ont pas les moyens de les offrir à leurs petites progénitures. Tout le monde se demande qui est à l’origine des augmentations. La situation ne diffère en rien dans les wilayas d’Annaba et de Souk Ahras.

À propos Tahar BOUDJEMAA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ain El Kerma (El Tarf). Réparation du chauffage central de l’école «Bouhawat Mohamed»

Se conformant aux instructions données ...

Réalisation d’une double voie ferrée reliant Annaba à Bled El Hadba. 20 familles relogées

Dans le cadre du projet ...

Coupe d’Afrique. Des écrans géants installés à El Tarf et El Kala

En exécution des instructions de ...

El Tarf. Soirée artistique à l’occasion du Nouvel An Amazigh

A l’occasion de la célébration ...

El Tarf. 470 comprimés hallucinogènes saisis à Drean

Deux trafiquants de drogue ont ...