Accueil » RÉGIONS » El Tarf. Flambée des prix des fruits et légumes

El Tarf. Flambée des prix des fruits et légumes

Au marché de la commune d’Ain El Assel à El Tarf, les prix affichés par les pseudos marchands de fruits et de légumes brûlent les poches des citoyens lambda. Les clients, à défaut de prix raisonnables, se rabattent sur les marchands informels qui peuplent, en ces jours de Ramadhan, le long des chaussées. Un grand nombre d’eux eux n’hésitent pas à offrir leurs marchandises à des prix qui sont à portée d’ouvriers touchant à peine le SMIG. Pardon, j’allais dire le SMID, la rumeur laisse entendre sa pénurie. Les clients n’ont pas l’air de respirer, tout a augmenté depuis le premier jour du Ramadhan. L’Etat n’a pourtant pas annoncé d’augmentations. Des augmentations faites de sens unique car les marchands de fruits et légumes savent qu’ils ne seront jamais épinglés par les inspecteurs et agents de contrôle. Partout, les prix sont montés d’un cran dans la wilaya de Guelma ou à Bouhadjar, au sud-est du chef-lieu de wilaya. Les courgettes qui étaient à 50 dinars la veille du mois de Ramadhan, passent à 110 dinars. Il en est de même pour la tomate qui atteint des prix qui donne la syncope: 160 dinars, c’est à prendre ou à laisser. A une journée, son prix était entre 60 et 80 dinars. Dame pomme de terre qui fait la marmite du pauvre, est cédée entre 75 et 100 dinars. La carotte à 100 dinars, l’oignon entre 35 et 45 dinars. Nous entamons la 16ème journée et les prix demeurent encore brûlants en absence de contrôleurs qui n’ont aucun droit de regard que sur la semoule, le lait…. En ces journées de cherté, certains vendeurs au noir, ne disposant ni de registre de commerce encore moins de carte fiscale, sont très demandés car les prix affichés sont plus au moins raisonnables: la pomme de terre à 50 dinars, la tomate 70 dinars. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les fruits et légumes sont achetés chez les mêmes grossistes en fruits et légumes. En ces journées romanesques, les mesures préventives contre la propagation de la pandémie sont renvoyées aux calendes grecques. Au niveau des marchés locaux, les clients se bousculent sans porter de masques protecteurs. A ces augmentations illicites, il fut ajouter les pénuries annoncées bien avant le Ramadhan: pénurie d’huile de table, de semoule, de sucre etc.. Chez les marchands de fruits, c’est la même chose : l’orange à 220 dinars, la pomme de piètre qualité à 400 dinars. La banane a un prix stationnaire entre 220 et 270 dinars. Enfin notons que les prix ont touché plusieurs autres produits de large consommation.

À propos Tahar BOUDJEMAA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

El Tarf : pour éviter les décès au monoxyde de carbone. L’installation des appareils de chauffage par des professionnels recommandée

Les voies et moyens devant ...

El-Tarf. Le tronçon autoroute Drean-Ouled Ghiet dépouillé de ses plaques de signalisation

Lors d’un pont de presse ...

Souk Ahras. Télescopage entre trois véhicules: bilan deux morts et 07 blessés

Un horrible accident de la ...

El Tarf. Programme varié pour la journée de la protection de l’enfance

Le programme de célébration de ...

Souk Ahras. Le wali en tournée dans plusieurs localités

Le wali de Souk Ahras ...