Accueil » RÉGIONS » El Tarf & Annaba. Le poisson n’est plus à la portée du citoyen

El Tarf & Annaba. Le poisson n’est plus à la portée du citoyen

Les prix s’envolent à tous les niveaux. Une virée au niveau des étales, des poissonneries, des bouchers, nous donne une idée précise sur ce phénomène qui a touché tous les produits de consommation mettant à rudes épreuves le salarié qui ne sait plus où donner de la tête. Le pain dont le prix est fixé à moins de huit dinars se vend à 20 dinars au vu et au su de tout le monde, les 25 kg de semoule à 1.450 dinars. Interrogés sur ce sujet préoccupant, les contrôleurs et inspecteurs de la DCP nous soulignent à l’unanimité qu’ils n’ont droit de regard que sur les produits conventionnés et l’étiquetage. On se demande pourquoi le consommateur achète le lait à 30 dinars, le pain au prix que vous avancez. Les consommateurs n’ont jamais signalé un tel dépassement des négoces qui ne reculent devant rien pour avoir des gains faciles. Même le poisson a connu une envolée jamais égalée, les augmentations affichées du poulet de chair qui ont atteint à El Tarf et Annaba les 480 dinars le kilogramme. Un poulet est acheté parfois au prix d’un kilogramme de viande rouge. Au niveau des ports d’Annaba et d’El Tarf, le poisson est cédé au consommateur à presque mille dinars. A ce prix, plusieurs pères de familles qui ont l’habitude de se ruer sur les poissonneries les ont depuis boudées. Ce produit qui était à la portée du citoyen à la bourse moyenne est banni de leur table à cause justement du prix. Merlan, dorade, langouste, rouget et autres s’affichent à 2000 dinars, 1600 dinars etc… La liste est longue des produits bannis de la table de dégustation. Vrai à dire que le citoyen algérien s’est privé du poisson depuis belles lurettes. Une telle hausse a contraint plusieurs pères de famille à s’adonner à la pêche une fois libéré. Le citoyen lambda est spectateur d’un phénomène nouveau : augmentation des produits de consommation avant le réajustement ou augmentation des salaires. Tous les clients rencontrés aux marchés hebdomadaires se plaignent des augmentations de tous les produits d’une seule traite. Enfin, les pères de familles surtout nombreuses, espèrent que l’Etat se penchera sur une telle situation qui risquerait d’engendrer des conséquences fâcheuses.

À propos Tahar BOUDJEMAA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Douanes. Saisie de 15.760 euros au poste frontalier d’Oum Teboul

Lors d’un contrôle inopiné, les ...

Annaba. Plus de 200 milliards pour booster la commune de Berrahal

Les autorités de la wilaya ...

Annaba. Lancement de la 6ème édition du recensement général

Le coup de starter pour ...

El Tarf. Une rentrée scolaire gâchée par l’inertie de certains responsables

La rentrée scolaire de cette ...

Belabbes Moussa installe le nouveau chef de Sûreté de wilaya

Le commissaire, contrôleur de la ...