Accueil » ACTUALITE » Durcissement des peines contre les responsables des feux de forêt. Les pyromanes dans l’oeil du cyclone

Durcissement des peines contre les responsables des feux de forêt. Les pyromanes dans l’oeil du cyclone

Dans les feux de forêt en Algérie, il a été prouvé que la nature n’est pas la seule responsable. En termes de statistiques, il était question que 80% des causes de feux de forêt soient inconnues et pour les 20% restantes, figure entre autres la piste humaine. Certes, l’ONM révélait, il y a quelques années, que l’Algérie connaissait des feux de forêt importants, à cause des températures caniculaires dépassant les 40 degrés dans les régions côtières et les 44 degrés dans celles de l’intérieur, ajoutées à la sécheresse, ce qui la place parmi les pays les plus vulnérables de la planète au phénomène. Cependant, certaines de ces statistiques semblent tomber à l’eau dès que l’on se surprend d’évoquer le facteur humain, particulièrement cette «main criminelle» qui ne tarit pas de s’emporter à chaque fois et de jeter son venin sur les réserves naturelles algériennes. C’est un peu à se poser la sempiternelle question: «Comment se fait-il que des richesses naturelles du pays soient devenues une proie facile à la destruction? Et à quel dessein inavoué s’inscrit cette campagne inédite d’atteinte aux forêts algériennes qui, rappelons-le, comptent parmi les plus riches de dame Méditerranée? Le «Plan» d’urgence de lutte contre les feux de forêt a été activé. Les lois sur les incendies de forêt seront durcies. L’affaire de l’incendie de forêt de Khenchela qui a vu décimer plus de 8.000 ha, ce qui porte le total des réserves naturelles détruites à 10.200 ha et plus de 400 départs de feu, a révélé le rôle du facteur humain et la main suspecte de ceux qui ont tendance à nuire aux biens naturels du pays. L’annonce du durcissement des lois sur les feux de forêt a été saluée par le Directeur général des Forêts, Ali Mahmoudi. Entre 10 et 30 ans de réclusion pour les responsables des feux de forêt, est-il en effet préconisé. Le projet de loi durcissant les sanctions contre les «pyromanes» est en préparation et a été examiné en Conseil des ministres, dimanche dernier. Le président de la République, Abdelmajid Tebboune, s’est impliqué personnellement dans ce dossier brûlant. Il a donné des instructions claires au gouvernement pour que de tels actes perpétrés par les pyromanes des feux de forêt, ne se reproduisent. C’est une bouée de sauvetage», salue Ali Mahmoudi, Directeur général des Forêts, ce mardi matin, dans l’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne. «Nous saluons fortement la décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors du dernier Conseil des ministres, d’établir une loi qui va dissuader les personnes à l’origine des feux de forêt», se félicite le responsable. Ce nouveau texte conforte la Direction générale des forêts (DGF) qui a entrepris de réviser la loi-cadre portant régime général des forêts, pour y inclure les objectifs de développement durable dans la gestion du patrimoine forestier. «Au chapitre sanctions et peines, nous allons exactement copier les articles de cette nouvelle loi», prévient le Directeur général des Forêts. «Nous allons contribuer étroitement avec nos collègues du ministère de la Justice, pour concrétiser le projet annoncé par le président de la République», explique Ali Mahmoudi. «Il faut que la Justice s’implique car malheureusement, les trois personnes présentées au Parquet de Khenchela ont été libérées, tout de suite après, car il manquait des preuves matérielles», regrette-t-il. Le directeur espère qu’à l’avenir, «la Justice va donner des cas d’école comme celui de Bouira, où le responsable a été pris en direct et a écopé de six mois de prison ferme, c’est toujours ça, parce que la destruction des biens d’autrui, particulièrement, le patrimoine forestier, est déjà limité en Algérie». Pour Ali Mahmoudi, «le caractère criminel des incendies de forêt n’est plus à démontrer». Il cite les preuves accumulées après les feux successifs qui n’ont épargné aucune région du pays: «l’ASAL a démontré à Khenchela que c’était bien la main de l’homme qui a provoqué les incendies; du côté de Tebessa, des personnes ont été appréhendées, plus récemment vous avez suivi la découverte de pneus préparés pour l’allumage à Ain Defla et à Chréaa». «Avec l’incendie de Khenchela qui a décimé plus de 8.000 hectares, nous sommes à un total de 10.200 hectares détruits pour 486 départs de feu», déplore le Directeur général des Forêts. Face à la gravité de la situation, en plus du durcissement des sanctions annoncé, «le ministère de l’Agriculture a convié à une réunion l’ensemble des acteurs qui peuvent contribuer à la réduction du phénomène, les membres de la commission nationale pour la protection des forêts, les services de sécurité, les scouts et la Fédération nationale des chasseurs», explique Ali Mahmoudi, qui précise que 07 regroupements régionaux ont été organisés pour couvrir les 40 wilayas concernées. La révision de la loi-cadre portant régime général des forêts, compte mettre les bases juridiques pour le développement de filières économiques. «L’ancrage juridique fait défaut pour le moment», relève Ali Mahmoudi. Mais en attendant la nouvelle loi, certaines filières sont déjà en cours de développement telles que le liège, les plantes à parfums aromatiques ou médicinales…

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un grand «Défi» lancé à Mers El Hadjadj. Redorer le blason terni aux plages de la Côte- Est

Il ne se passe pas ...

Ouverture du «Premier» Salon international de l’Artisanat à Oran. Des branches de l’Olivier de Palestine en guise de reconnaissance à l’Algérie

Quelle meilleure illustration de la ...

Zitouni préside une réunion à quelques jours de l’Aïd El Kebir et de la saison estivale. Objectif : assurer la disponibilité des produits

Faut-il se passer et sacrifier ...

Les deux autres «Grands» projets d’Oran. Dépollution du Lac de Dhaya Morsli et construction de la Stèle d’El Emir

Outre les projets d’investissement en ...

14 stations de dessalement opérationnelles et plusieurs projets en cours de construction. 3,7 millions m3/jour de production d’ici fin 2024

Quel avenir pour les ménages ...