Accueil » CHRONIQUE » Du nouveau pour les urgences sanitaires

Du nouveau pour les urgences sanitaires

Les 196 États membres du règlement sanitaire international «RSI» ont accepté de modifier ce règlement pour améliorer sa réponse aux urgences sanitaires, après les échecs observés lors de la crise du COVID-19. Les États Membres de l’OMS ont entamé en 2022 un processus visant à amender le RSI à la lumière des lacunes révélées par la pandémie de COVID-19. Ces amendements qui se concentrent sur des questions telles que l’équité et les avancées technologiques, visent à renforcer l’efficacité du RSI dans la protection de la population mondiale contre la propagation des maladies. Un Comité d’examen avait été chargé d’élaborer des recommandations techniques sur les propositions d’amendements, soumises par les États membres et son rapport a été examiné par le Groupe de travail sur les amendements au RSI. L’OMS a annoncé cet accord, qualifiant l’événement d’historique. Les modifications visent à renforcer les capacités des pays à détecter et réagir aux crises sanitaires internationales, mieux intégrer la notion de pandémie, et souligner les principes d’équité et de solidarité. Le RSI régule notamment la déclaration des urgences sanitaires internationales et comprend des mesures spécifiques pour limiter la propagation des risques aux ports, aéroports et postes frontières. Les négociateurs du RSI doivent finaliser leurs travaux la semaine prochaine. Après la pandémie de COVID-19, l’efficacité du RSI a été remise en question, car il n’a pas réussi à prévenir ni à contenir la crise. En réponse, un processus de révision du RSI a été lancé en 2022. Cette révision se déroule parallèlement aux négociations pour un accord mondial sur la prévention et la lutte contre les pandémies, visant à mieux coordonner la réponse internationale et à garantir un accès équitable aux vaccins, traitements et outils de dépistage. Les amendements devront être validés lors de l’Assemblée mondiale de la santé, du 27 mai au 1er juin à Genève, date à laquelle l’OMS espère également conclure le traité sur les pandémies. «Le RSI a bien servi le monde pendant près de 20 ans, mais notre expérience collective de l’utilisation de cet outil vital pour la gestion de multiples urgences de santé publique, y compris la pandémie de Covid-19, a mis en évidence d’importants domaines dans lesquels il pourrait être renforcé», a souligné le Dr Tedros. «Amender le RSI reflète le besoin critique de renforcer nos défenses collectives contre les risques actuels et futurs pour la santé publique, tout en adhérant fermement au principe de la souveraineté nationale et en respectant l’équité», a souligné le Dr Abdullah Assiri, chargé de piloter les discussions.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’OPEP optimiste face aux incertitudes!

Mardi, les prix du pétrole ...

Le Covid qui intrigue toujours !

Selon une étude sur la ...

La chute du blé, une aubaine pour l’Algérie!

Suite à une baisse des ...

L’Algérie à l’heure de la transition énergétique

L’Algérie possède un potentiel considérable ...

Gaza face à l’insécurité alimentaire!

L’ONU et plusieurs ONG ont ...