Accueil » CHRONIQUE » Du nouveau dans la lutte contre la drogue !

Du nouveau dans la lutte contre la drogue !

Les experts sont unanimes sur le fait que la question des drogues, spécialement la consommation, ne peut être résolue par la seule répression. La drogue fait des ravages chez les jeunes. Les Algériens se retrouvent souvent coincés entre les lourdes peines prononcées par la justice et surtout l’esprit des prisons, des dealers et aussi les consommateurs des drogues. Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad a affirmé, jeudi à Alger, que l’Algérie a pris plusieurs mesures visant à lutter contre le trafic de drogues dures et de psychotropes. Dans ce cadre, le ministre a souligné «la prise de plusieurs mesures visant à lutter contre ce phénomène, dont la création d’un groupe de travail conformément aux instructions du Premier ministre, lequel regroupe plusieurs secteurs, afin de trouver des moyens efficaces de prévention contre la toxicomanie, outre l’exploitation et la création d’un fichier sur les trafiquants et les consommateurs de drogue et le lancement d’opérations de recherche au niveau des sites ciblés». « 85.538 affaires de trafic de drogue et de psychotropes ont été enregistrées en 2022, impliquant 97.863 individus avec la saisie de plus de 5 tonnes, des chiffres élevés par rapport à 2021 », a souligné le ministre Merad. Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a présenté dimanche à l’APN, un exposé sur le projet de loi modifiant et complétant la loi relative à la prévention et à la répression de l’usage et du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes. Le ministre a indiqué que la loi relative à la prévention et à la répression de l’usage et du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes, en vigueur depuis 2004, a démontré « plusieurs lacunes et vides juridiques à prendre en charge par le nouveau projet de loi notamment celles relatives à la classification des drogues et des psychotropes qui s’ajoutent à l’absence de dispositions relatives à la coopération internationale, au niveau de l’actuelle mouture, alors que ces crimes sont souvent transfrontaliers », comme le rapporte l’APS. Le nouveau texte de loi prévoit la révision des dispositions relatives aux mesures thérapeutiques à travers un suivi particulier des prévenus mineurs qui observent une cure de désintoxication, à l’encontre desquels les poursuites judiciaires seront abandonnées s’ils suivent ce traitement avant la mise en mouvement de l’action publique ou leur exemption des sentences s’ils poursuivent ce traitement après la mise en mouvement de l’action publique. La mission de mise en place de cette stratégie nationale sera attribuée à l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, en coordination avec tous les intervenants en la matière, à l’instar des différents secteurs ministériels et de la société civile. Parmi les dispositions pénales sévères contenues dans le projet de loi, figure une peine de prison allant jusqu’à 30 ans si l’auteur est un agent public dont la fonction a facilité le crime. La peine sera portée à la perpétuité si de tels actes sont commis par un groupe criminel organisé.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pétrole, les menaces saoudiennes et qataries

Les prix du pétrole continuent ...

Energies renouvelables, l’autre défi!

L’Algérie vise à atteindre 15.000 ...

Le Monde réfléchit à l’anti-pandémie !

L’année 2023 marque le 75e ...

Permis à point encore suggéré!

Selon un document du Conseil ...

Le gaz a encore baissé…

Les prix du gaz ont ...