Accueil » ORAN » Droit à la réintégration au poste des travailleurs licenciés. L’UGTA d’Oran se positionne et appelle à revoir certains articles de loi

Droit à la réintégration au poste des travailleurs licenciés. L’UGTA d’Oran se positionne et appelle à revoir certains articles de loi

La question liée au droit à la réintégration au poste prononcée par les juridictions compétentes en faveur des travailleurs licenciés, en violation de l’article 73-4 de la loi 96-29 datée du 9 juillet 1996, relative au licenciement abusif, est l’une des préoccupations soulevées par les partenaires sociaux dont l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Ce droit à la réintégration au poste d’origine des travailleurs, dont la mise à l’arrêt de travail est non conforme à la loi en vigueur ni aux conventions collectives, fait partie des revendications à maintes reprises réitérées par le bureau de la wilaya d’Oran de l’UGTA, en ces moments de conjoncture économique difficile marquée par un amenuisement flagrant du pouvoir d’achat de la couche ouvrière, en raison de flambées des prix et de dégradation sociale accentuée par les effets néfastes de la «crise» sanitaire sur la sauvegarde de l’emploi et la production des entreprises. «Pourquoi les entreprises ou les patrons ne se conforment pas toujours aux décisions de réintégration au poste de travailleurs dont la cessation de travail est due au non respect des textes du Code de travail, et particulièrement l’article 73 à travers son alinéa 4 qui stipule qu’« un tribunal spécialisé prononce en préliminaire ou en définitif soit une réintégration du travailleur avec la préservation des avantages acquis ou, dans le cas du refus de l’une des deux parties, il est alloué au travailleur une indemnité financière pas en dessous du salaire d’une durée de six (6)mois sans atteinte aux indemnités probables?» s’est interrogé mercredi le secrétaire général du bureau de la wilaya d’Oran de l’UGTA, Boudjima Boujemaa, estimant qu’il va falloir revoir l’application stricte et rigoureuse de ce texte au vu du nombre des travailleurs sans cesse significatif, ayant fait l’objet de décision de réintégration au poste mais dont les patrons ou entreprises se son contentés seulement de leur verser des compensations financières». Le même syndicaliste appelle, dans ce chapitre, la prochaine APN à plancher sur ce dossier sensible qui est en lien avec l’avenir socioprofessionnel des travailleurs, compte tenu explique-t-il, des multiples transgressions aux règles du travail, constatées dans les entreprises avec inobservation des textes législatifs et non sécurisation de l’avenir des travailleurs licenciés munis de décision de réintégration».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un mois pour l’obtention de l’autorisation d’importation. La course contre la montre des concessionnaires

Est-ce le bout du tunnel? ...

Enseignement supérieur 38. universités algériennes dans le top 500

Quel nouveau rôle pour l’université ...

Efforts considérables et intenses des services de police en ce début 2023. Efficacité, professionnalisme et performances

Les actes liés à la ...

Pour lutter contre le phénomène du monoxyde de carbone. Sonelgaz va installer 22 millions de détecteurs

Il est impératif de savoir ...

Retour en force des T- Shirts et maillots de l’EN sur la place publique. Vente en ligne, en gros et en détail

Oran qui a, depuis la ...