Accueil » CHRONIQUE » DOUNIA: La singularité du CORPS PSYCHIQUE

DOUNIA: La singularité du CORPS PSYCHIQUE

DOUNIA: La singularité du Après avoir fait une lecture qui se veut rapide du roman de l’écrivaine Zoubida Berrahou «Sémiramis au pays de Dounia, je livre à l’emporte-pièce quelques points qui ont retenu mon attention, en attendant un deuxième article, quelle causalité psychique pour la trame narrative? L’écriture romanesque chez l’écrivaine Zoubida dégage des effluves de résilience; l’art de l’écriture fertilise l’harmonie des mots faisant clignoter une lumière vespérale sur le devenir psychique de chaque lecteur. De ce fait, la littérature en général s’intéresse à la trame narrative, car elle est le meilleur moyen de saisir l’intuition romanesque, associée à l’esthétique du verbe qui sert de conscientiser l’esprit du lecteur, une caractéristique développée chez l’écrivaine Zoubida. La hardiesse imaginative dans son texte narratif a la capacité d’impressionner nos sens, notre vécu… La publication des romans sur la décennie noire ne cesse de receler des trésors de réminiscences, voire de compréhensions sociologiques sur le vécu social des individus. En un mot au-delà de l’écriture qui peut être un purgatoire d’évasion, une forme cathartique. Le renouvellement de l’acte d’écriture suivi de la narration exige plus d’efforts et d’énergie que la perpétuation de la richesse acquise. L’intelligence esthétique de l’art de l’écriture se structure comme un langage chez Zoubida, elle met en avant la recherche du sens pour valoriser «l’éthos» qui met en valeur le lien social d’une société. Dans sa trame narrative, l’autrice ne se cache pas pour battre en brèche l’aspect mortifère du discours religieux qui forme un mariage de raison avec le culte de la certitude; ce rapport déliquescent a fini ce travail de sape en déconstruisant l’édifice de l’esprit critique censé privilégier la méthode objective et rationnelle de la chose en question. L’opération de la cataracte sociale démontre que la brouille fanatique est loin d’être terminée. Ceci dit, outre l’aspect du fanatisme, la démarche répulsive à l’égard des sciences sociales favorise une démarche régressive. Dans sa trame narrative, l’autrice fera un voyage à travers un maquis de référence socio psy et littéraire, de fait, l’analyse Durkheimienne de la «socialité anomique» provoque un arrêt sur image sur l’extrême marée haute du fanatisme religieux où la rationalité parfaitement immobile recouvre résignation comme horizon indépassable. Le Corps social se rattache à un «imaginaire leurrant »par le bruit de l’érotisation du sacré, un genre de ce qui favorise une flânerie psychique. Sous l’ombre de grands esprits, l’écriture romanesque devient un genre noble pour lutter contre la prison subjective ankylosée par l’interdit de penser…. A suivre CORPS PSYCHIQUE

À propos Adnan H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le CDES, 60 ans après, quelle fenêtre de consécration !

Le paysage culturel voire livresque ...

La place du désir d’écriture chez les étudiants (es)

Le département des langues d’Oran ...

DOUNIA : La singularité du CORPS PSYCHIQUE

Après avoir fait une lecture ...

DOUNIA: La singularité du CORPS PSYCHIQUE

Pour lutter contre l’abjection de ...

L’écriture entre libération et enfermement

La littérature dans son ensemble ...