Accueil » ORAN » Division de l’action sociale. L’exemple de la garderie d’enfants «Hammou Boutlelis»

Division de l’action sociale. L’exemple de la garderie d’enfants «Hammou Boutlelis»

La première rentrée scolaire est un grand changement pour l’enfant qui gagne un nouveau statut, celui d’élève. S’il a eu un mode de garde en collectivité auparavant, beaucoup de parents que nous avons rencontrés au niveau de la crèche «Hammou Boutlelis» de Dar El Hayat, pensent que l’enfant est prêt et que la transition crèche-école se fera facilement. Cependant un grand nombre d’enfants peuvent ressentir malgré tout des difficultés lors de leur rentrée à l’école ». En effet, au-delà du changement de lieu de la séparation avec les parents et de la rencontre de nouveaux adultes, c’est tout un fonctionnement différent qui existe entre ces deux établissements. Quelle différence existe-t-il entre la crèche et l’école ? Question posée à Mme Amina Abdelkhalek, directrice de la crèche en question, qui dira à ce sujet: «une crèche est un lieu d’accueil collectif destiné aux enfants préscolaires, dès l’âge de trois ans». La crèche ou garderie d’enfants a pour rôle de pallier au mieux l’absence des parents mais sans s’y substituer. Il s’agit également d’un lieu permettant à l’enfant de découvrir la vie en collectivité et dont l’équipe d’encadrement (Éducatrices, psychologues et animatrices) s’appuie sur un projet éducatif. Les psychologues qui exercent au niveau de cette crèche diront à ce sujet que «les enfants ayant bénéficié d’un mode de garde collectif ont environ trois fois moins de troubles émotionnels et de difficultés relationnelles après leur entrée à l’école que ceux ayant été gardés à domicile». Probablement parce que les structures collectives de la commune d’Oran sont mieux «contrôlées» et proposent aux petits davantage de jeux, de lecture, de règles de vie et d’opportunités de socialisation que les personnes assurant une garde à domicile. Les programmes conçus au niveau de toutes les crèches gérées par la division de l’action sociale de la commune d’Oran ont des programmes conçus pour favoriser la confiance en soi de l’enfant, son indépendance et sa capacité à vivre en société. Le but est de faciliter le développement cognitif, la motricité globale et la motricité fine chez l’enfant. YOUCEF C.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mendicité. Un fléau incontrôlable

Ils sont pratiquement partout, certains ...

Lutte contre toute forme de gaspillage. La préservation de l’eau, l’affaire de tout le monde

L’eau étant considérée comme un ...

Environnement. A quand la fin des sachets en plastique?

Toutes les engagements et promesses ...

Environnement. La prolifération des insectes inquiète les Oranais

L’environnement et la santé dans ...

Quartier de Boulanger. «Plusieurs cas d’intoxication»

Plus d’une dizaine de personnes ...