Accueil » RÉGIONS » Développement à Mostaganem. Les partis politiques, les grands absents

Développement à Mostaganem. Les partis politiques, les grands absents

Depuis le «ramdam» des dernières élections, le silence politique s’est installé dans la wilaya de Mostaganem. On a comme l’impression que l’activité des formations politiques s’est arrêtée au lendemain de l’annonce des résultats des scrutins locaux et nationaux. Le constat est amer car aucun parti n’est présent sur la scène politique locale. L’ensemble des partis se désintéresse du développement au moment où la participation de tous est capitale pour l’Algérie nouvelle. Les portes des sièges des organes, toutes tendances confondues, tantôt en urbain qu’en semi urbain, sont closes. Les raisons de ce marasme politique sont dues vraisemblablement à l’absence de bases militantes trop hésitantes par manque de confiance. Par conséquent, à Mostaganem, les citoyens ont tendance à croire que les formations politiques n’existent plus sur la place. Au moment où les lignes de la société algérienne bougent à tous les niveaux, l’activité partisane demeure invisible. Pourtant, l’Algérie nouvelle se construit aussi localement et ne peut avancer sans les partis. On ne construit pas une nation avec des partis absents car l’activité partisane est un axe non négligeable dans le développement. Il est certain que le rôle essentiel des partis politiques est de participer à l’animation de la vie politique. En revanche, dans la wilaya de Mostaganem, on a omis cette mission qui sert de lien ombilical entre le peuple et le gouvernement. Les élus nationaux et locaux, une fois les sièges occupés, n’activent pas, selon les orientations de leurs respectifs partis puisque ces derniers sont en cessation d’activités. Tout porte à croire que l’activité politique ne se manifeste qu’à l’approche des échéances électorales. Cet état est en fait une réalité car l’activité reprend en général pour se centrer sur les élections. Les multiples conjonctures sociales, économiques et autres crises comme celles des feux de forêt et des tentatives d’atteinte à l’intégrité de l’Algérie, ont laissé les formations politiques locales sans réaction aucune…et le sommeil devient de plus en plus profond que jamais. Que faut-il comprendre? Beaucoup parmi les citoyens, interrogés sur cette absence des partis sur le terrain, déclarent croyant résolument que les partis ne sont que des instruments électoraux. Certains autres, assez perspicaces, assurent que la quantité de formations politiques est bien existante mais sur le terrain, il n’y a aucune visibilité, ni aucune contribution dans le développement. Pour cela, il y a certains dont la réflexion est pertinente car ils estiment que le multipartisme n’a pas évolué dans le bon sens. Ce qui a asphyxié l’activité politique, ce sont les alliances compromettantes qui se sont répercutées négativement sur la participation des bases militantes, nous indiqueront certains. Des ex-militants du parti unique affirment que plusieurs formations politiques n’ont pas d’ancrage sociétal mais elles se sont lancées dans la scène politique, sans réel projet de société. Aujourd’hui, l’ensemble des partis a ses portes fermées et l’activité gelée… L’avenir nous révèlera les raisons de cette léthargie politique.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Colloque régional du Trésor

Ce 17 mai 2024 s’est ...

Santé à Mostaganem. La 2ème édition de la campagne nationale de prévention lancée

Sous le slogan «Mode de ...

Mostaganem. Le wali partage la fête de l’Aïd avec les personnes âgées

A Mostaganem, la journée de ...

Le ministre de l’Education Nationale à Mostaganem. Des avancées et des satisfactions

Le ministre de l’Education nationale, ...

Coopération à Mostaganem. Partenariats obsolètes et conventions fantaisistes

A Mostaganem, comme partout ailleurs, ...