Accueil » ACTUALITE » Déstockage de plus de 10.000 tonnes de pomme de terre pour le Ramadhan. Ni rareté, ni spéculation?

Déstockage de plus de 10.000 tonnes de pomme de terre pour le Ramadhan. Ni rareté, ni spéculation?

Le marché sera inondé incessamment en pommes de terre «précoces» et en pommes de terre «d’arrière saison». Cette mesure qui sera progressive, est de nature à faire face à l’envolée des prix du tubercule à la veille du Ramadhan. Tout compte fait, “dame pomme de terre” se vendait hier encore (ndr dimanche) à 75 DA le kilo sur le marché local. Elle fait toujours grincer les dents des consommateurs et les choux gras des commentaires des médias. Loin, très loin, depuis déjà plusieurs semaines, son prix normal ne doit pas dépasser les 50 DA. Les spéculateurs en ont décidé autrement et leur “folie” incomparable d’ailleurs avec la “leur” du mois sacré 2020, n’a d’égal que ce que le “diable” du gain facile leur dicte. Mis au parfum sur la spéculation qui cible le “tubercule du pauvre”, la tutelle compte réagir. Elle a décidé de réorganiser et de réguler le marché de produits de large consommation, durant le mois de Ramadhan. Il y aura ni rareté ni spéculation. Cela a débuté, samedi, par le déstockage national de plusieurs milliers de tonnes de pomme de terre. Ce produit, nécessaire à la confection des plats du Ramadhan, continue, en effet, au gré des surenchères, de nourrir les pratiques spéculatives et priver ainsi le pauvre consommateur d’une autosuffisance susceptible de le mettre à l’abri du besoin. Pour parer à l’instabilité des prix de la pomme de terre, le ministère de l’Agriculture a mis en oeuvre le programme du secteur, en pareille conjoncture. La pomme de terre déstockée, rappelons-le, avait été récoltée à la fin octobre dernier puis stockée en prévision de la période de l’arrière saison (mars-avril). Pour cela, une opération visant le déstockage de plus de 10.000 tonnes de pomme de terre, destinée à la consommation à l’échelle nationale, a été entamée, samedi à partir de Boumerdes, en vue de l’organisation du marché de ce produit de large consommation, durant le mois de Ramadhan, a-t-on appris d’un responsable auprès du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Ce déstockage, le troisième du genre, entre dans le cadre du programme de déstockage de 50.000 tonnes de pomme de terre. « Cette opération nationale est inscrite au titre de la mise en œuvre du programme du secteur, visant à réguler les produits de large consommation et à éviter la rareté, la spéculation et l’instabilité des prix de ce tubercule durant le Ramadhan », a indiqué le directeur central, chargé de la régulation de la production agricole et de son développement, Mohamed Kherroubi, à l’issue d’une action de déstockage d’une partie de ce stock ciblé, au niveau de la ferme « Haouchine » de la commune d’Ouled Moussa (ouest de Boumerdes). Il a ajouté que cette opération qui sera réalisée de façon progressive, suivant les besoins de l’offre et de la demande au niveau de l’ensemble des marchés de gros et de proximité du pays, est la « 3ème du genre, depuis le 15 mars dernier à la fin de la semaine écoulée. Une période ayant enregistré le déstockage de pas moins de 20.000 tonnes de pommes de terre, sur un total de 50.000 tonnes stockées », a-t-il fait savoir. Toujours selon M. Kherroubi, le déstockage de cette pomme de terre, récoltée à la fin octobre dernier et stockée en janvier 2021 en prévision de la période creuse (entre mars et fin avril), se fait en coordination avec 34 opérateurs conventionnés avec l’Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (Onilev), à travers 14 wilayas du pays. Il a assuré, en outre, que le déstockage sera effectué « par étape et de manière organisée, jusqu’à la fin du mois de jeûne, suivant la demande du marché et des prix en cours, en vue d’éviter toute rareté du produit, et de préserver le pouvoir d’achat du citoyen », a souligné le même responsable. Parallèlement à cette opération de déstockage, le marché national sera approvisionné progressivement, selon M. Kherroubi, « en pommes de terre précoces, dont la récolte a démarré en février passé au niveau des wilayas de Mostaganem, Skikda et Boumerdes, outre la pomme de terre d’arrière saison, récoltée dans le Sud », a-t-il indiqué. Le responsable a, également, signalé, au titre des efforts de garantie, de la disponibilité de la pomme de terre, pour la saison agricole 2021/2022, « la culture d’une surface de pas moins de 130.000 ha de pomme de terre, à l’échelle nationale, dont il est attendu une récolte globale de pas moins de 50 millions de quintaux », selon les prévisions du secteur. « Les producteurs ont bénéficié de toutes les facilitations, du soutien financier et de l’accompagnement technique nécessaires pour la consécration de cet objectif », a-t-il assuré, par ailleurs. Actuellement, les prix de la pomme de terre, à Boumerdes, oscillent entre 45 et 65 DA le kg, au niveau du marché de détail.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...