Accueil » Point de Vue » Des rumeurs et du vrai sur le sucre

Des rumeurs et du vrai sur le sucre

«La rue meurt sans la rumeur»

Depuis la disparition subite du sucre des étalages, il y a beaucoup de verbiages qui ont été dits sur cette affaire. Il y avait du vrai, du faux et des semi-vérités. Le vrai, ce que le sucre n’est plus disponible chez les commerçants. Le faux, ce sont ces crues de bla-bla que l’on peut entendre n’importe où, n’importe quand justement, au sujet de cette disparition « mystérieuse ». Des émissions TV, la presse écrite, tout le monde s’était mobilisé et chacun de son côté faisait de son mieux, afin de donner aux citoyens les explications nécessaires, sur ce qui se passe au sujet de cette « crise sucrée, salée ». Pour les émissions TV, il n’y a pratiquement pas de crise, ni en production ni en distribution. Dehors, chez les vendeurs détaillants, c’est autre chose. Le sucre se vend et servi en cachette, uniquement, pour les clients fidèles. Les versions apportées par les médias à ce sujet, n’ont pas été à la hauteur de l’événement. Ce qui a ravivé les tensions et donné libre cours aux interprétations du radio trottoir ou radio R. La rumeur est un pur produit de l’imaginaire collectif populaire, faute de source authentique et convaincante d‘information … Il y aurait quelque part une tension politique, sorte de bras de fer, entre Rabrab le magnat du sucre et les pouvoirs publics. Ou une guéguerre entre ce mastodonte de l’industrie et les pouvoirs par « sucre » interposé, à cause des divergences politiques diverses. Oui, c’est ce qu’on dit généralement! D’autres préfèrent mettre cela sur le dos des réseaux de la spéculation. Ce qui n’est pas, tout à fait faux. La présente crise du sucre, par son fond et sa forme, devrait nous rappeler, celle du lait en sachet dont le problème n’a pas été résolu, jusqu’à l’heure actuelle. Alors qu’il y a plus d’une année que la crise fait constamment l’actualité, notamment en termes de disponibilité et de distribution réglementaire. Il y a toujours des citoyens qui devraient «haleter» pour gagner un sachet de lait. Il y a une semaine que la pénurie du sucre avait commencé. Il faudrait, cependant, attendre une autre semaine et voir les résultats des interventions des pouvoirs publics à ce sujet …Ces derniers auraient-ils assez de force et de capacité, afin de traquer les fauteurs de pénurie, quels qu’ils soient et là où ils soient. Rabrab ou autre, tout le monde devrait se soumettre aux lois et aux règlements de la République. Faute de quoi, l’auteur du crime sera drastiquement, corrigé. L’Algérie est plus grande que tout le monde…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le gaz, l’autre atout de l’Algérie

Les atouts économiques de l’Algérie ...

Corruption: Quel rôle pour la société civile ?

La meilleure des définitions que ...

Le Ramadhan: Un mois très dur pour les ménages

Au moment où le mois ...

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...