Accueil » ACTUALITE » Des députés réclament la hausse de l’allocation touristique. On ne voyage pas avec 100 euros

Des députés réclament la hausse de l’allocation touristique. On ne voyage pas avec 100 euros

Avec combien d’euros ou dollars, un touriste algérien peut-il couvrir ses dépenses d’un taxi de l’aéroport au centre d’une ville européenne? S’achemine-t-on vers une revalorisation de l’allocation touristique, appelée aussi droit de change, lié aux voyages à l’étranger, du dinar en devise? La question a été débattue récemment par les membres de la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale. Des spécialistes sont unanimes à dire que même en glanant quelques dinars de plus dus à la légère montée du dinar face à l’euro, ces dernières semaines, due certainement à une amélioration des ventes et de la cote des cours du pétrole et du gaz, le montant tel qu’il est pratiqué de l’allocation touristique serait loin de répondre à la demande des touristes. Aussi «pourquoi la valeur de cette allocation a baissé d’une manière accentuée depuis 2021 malgré la réouverture des frontières dans le monde après trois longues années de crise sanitaire, s’est demandé récemment un touriste? On se rappelle qu’en 2021, le montant de cette allocation était fixé à 85 euros, un montant déduit de la valeur de change par la Banque d’Algérie, courant la même année. En 2022, ce montant n’aura pas évolué d’un iota, laissant plus d’un parmi les touristes sceptiques. Les spécialistes en tous cas tentent de trouver des réponses rationnelles à la question. Avec au moins 100 euros, un touriste ne peut même pas se permettre de passer aisément ses vacances à l’étranger, estime un autre estivant. Une chose est néanmoins sûre. Le dossier de la hausse de l’allocation touristique a été mis en avant par des membres de la Commission des Finances et du Budget de l’APN en Algérie, en charge du dossier. Les membres concernés considèrent qu’il est temps de passer à une augmentation du montant de l’allocation touristique en Algérie. Réunis à huis clos, lors d’une séance avec des responsables du secteur financier et monétaire, les députés ont posé l’impératif de revoir à la hausse la valeur de cette allocation à la lumière des nouvelles dispositions contenues dans la Loi sur la monnaie et le crédit. Cette Assemblée aurait également inclut le ministère des Finances et le Directeur de la comptabilité et des cadres de la Banque d’Algérie ainsi que le président de l’Association professionnelle des Banques et des Établissements financiers dans les débats sur le dossier afin de procéder à l’examen de la nouvelle loi monétaire et bancaire. C’est en tout cas, ce qu’a rapporté le quotidien arabophone « Echorouk » dans son numéro. Au fait, les députés ont bien confirmé qu’«il est temps d’augmenter la valeur de l’allocation touristique pour les Algériens partant à l’étranger» eu égard, disent-ils, aux «décisions contenues dans le projet de la nouvelle loi telle que l’ouverture des bureaux de change et la création de la monnaie numérique algérienne». D’autant plus que, expliquent-ils, cela ne serait pas cohérent avec la valeur de l’allocation touristique qui est estimée à 100 euros ou moins. Cette demande de hausse de l’allocation touristique devrait être présentée, mardi prochain, au Gouverneur de la Banque d’Algérie. Notons que cette subvention ne couvre même pas le prix d’un taxi, estiment certains citoyens. Soit de l’aéroport au centre de la ville au sein d’un pays européen. «Le dossier en question est l’une des problématiques importantes qui ont été soulevées auprès des responsables du secteur bancaire». C’est ce qu’a affirmé l’un des membres de la Commission des Finances et du Budget de l’APN. La même source médiatique rapporte l’information. En sus, le même intervenant a souligné l’importance d’étudier profondément cette subvention afin de déterminer la valeur de l’allocation dans le futur, à la lumière de ce qui est pratiqué dans d’autres pays dont la situation économique est identique à celle de l’Algérie. En même temps, les membres de la même Commission estiment qu’il faut prendre en considération plusieurs aspects comme la hausse des prix et la vague mondiale d’inflation.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Plans émiratis pour déstabiliser le Sahel et l’Algérie. Ces pays à la botte d’Israël…

A la guerre comme à ...

2ème session d’APW en avril. L’agriculture, un dossier qui promet…

La deuxième session ordinaire de ...

Vigilance face aux turbulences et tensions dans la région. Que de défis à l’Algérie nouvelle !

Le Président de la République, ...

Les communes doivent déposer succinctement les opérations avant de prétendre aux financements de soutien. De la crise Covid … à la crise budgétaire

L’une des recommandations faites aux ...

7.300 victimes dont 2.470 après l’indépendance et des survivants souffrant d’handicaps physiques psychologiques. Les crimes continus des mines antipersonnel

Après la mort des victimes ...