Accueil » ORAN » Des charrettes en ville. Phénomène de chômage ou d’exode rural ?

Des charrettes en ville. Phénomène de chômage ou d’exode rural ?

Il semble que la deuxième wilaya du pays a per-du de son charme, en particulier le chef-lieu de wilaya, avec ses centaines de charrettes de fruits et légumes comme aussi le squat des trottoirs et chaussées pour la vente des vêtements, chaussures, produits cosmétiques et divers autres objets. Ce sont des activités clandestines qui échappent entièrement à tout contrôle et sans supporter de charges financières, en plus de ces charrettes bloquant la circulation dans divers quartiers de la ville. Malgré l’arrêté d’interdiction de la wilaya et les nombreuses saisies et mise en fourrière opérées par les services de la voie publique de la police, semble avoir le ventre mou. Les rênes relâchées sont à l’actif d’un manque de contrôle et d’un laisser-aller de la part des acteurs en charge de la lutte contre le commerce informel et le désordre. Les citoyens ont remarqué le retour en force des véhicules hippomobiles et autres charrettes à travers les artères de la ville avec tout ce que cela induit pour l’image dégradée d’une grande ville en proie à une extension anarchique, mais surtout en perte de ses repères  »égarés ». Après l’éradication de certains marchés informels, les charrettes sont revenues en force. Pourtant, interdites de circulation en vertu d’un arrêté de la wilaya d’Oran datant de plusieurs années, ces dernières bravent l’autorité publique et reviennent dans la ville d’Oran pour donner d’elle l’image hideuse d’un grand bourg. Ces vendeurs informels aux charrettes semblent défier non seulement les lois de la république, mais aussi les forces de police. Comment en est-on arrivé là ? Comment le chaos s’est-il installé en maître dans une ville où l’informel est devenu roi ? Le phénomène s’est accentué par l’impunité et le silence de certains responsables, surtout que la personne ne se comporte plus comme appartenant à une collectivité, mais comme un individu isolé qui ignore la structure du groupe. De cette constatation, il débouche sur une autre : celle d’une société devenue marchande. L’exode rural a créé des espaces urbains démesurés, où la civilité du comportement citadin a disparu.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...

Dégradation, acte de vandalisme et insalubrité. Problématique de la gestion des cimetières

Triste sort pour nos morts ...

Environnement. «Insalubrité: lourdes conséquences sur l’activité et la vie humaine»

Le médecin généraliste, M.Serrour, évoque ...