Accueil » ACTUALITE » Des campagnes de sensibilisation pour éradiquer le phénomène. Ce pain jeté tous les jours !

Des campagnes de sensibilisation pour éradiquer le phénomène. Ce pain jeté tous les jours !

Sur stockage, y a-t-il des stratégies pour l’éviter en Algérie ? Pourquoi stocker un produit alimentaire pour conduire à sa péremption ou sa détérioration? C’est à ce niveau crucial que réside la vraie problématique du phénomène de gaspillage des produits de consommation. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les déperditions de pain sont en train d’atteindre des proportions record durant le ramadhan en Algérie. Un phénomène à étiquette avant tout «sociale» mérite-t-il vraiment une campagne? En effet, c’est prétendre dans un petit jeu à apprendre à un homme ou une femme, à ne pas jeter du pain dans la nature alors que cette question n’a pas raison d’être du tout. Il est connu que le phénomène du gaspillage du pain revient chaque année pendant le mois sacré de ramadhan pour occuper le hitparade des gaspillages. Un phénomène qui cible le pain, ce produit alimentaire quotidien qui ne coûte pas cher. Et s’il coûtait cher ? Les mauvaises habitudes en tête des comportements alimentaires irrationnels au sein de la famille algérienne empruntent une nouvelle asymptote qui riment avec les gaspillages d’un nombre important de produits alimentaires de base. Ce qui au demeurant a contraint les différents acteurs de la société à redoubler d’efforts et à densifier les campagnes tambour battant de sensibilisation contre le danger des gaspillages des produits alimentaires et du pain spécialement. Il s’agit en effet d’instaurer une culture alimentaire saine dans la société algérienne. Les associations de protection du consommateur œuvrent à l’intensification de leurs campagnes de sensibilisation durant le mois sacré de ramadhan afin d’ancrer une culture alimentaire saine au sein des foyers, outre la protection du pouvoir d’achat du citoyen et la sensibilisation du consommateur quant à l’importance d’une consommation rationnelle. A ce propos, le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (APOCE), Mustapha Zebdi, a affirmé que «le phénomène de gaspillage du pain durant le mois de ramadan a connu, lors des dernières années, un léger recul, grâce aux campagnes de sensibilisation regroupant toutes les catégories de la société, mais, -a-t-il dit, ce phénomène n’est pas totalement éradiqué». Le phénomène de gaspillage «touche également et de manière significative, les produits alimentaires subventionnés, vu certains comportements des consommateurs, notamment l’achat et le stockage de ces produits, ce qui entraîne leur détérioration, avant de finir à la poubelle», a-t-il précisé.
A ce propos, le coordonnateur national de l’APOCE, Fadi Tamim, a insisté sur «l’intensification des campagnes de sensibilisation en vue de faire face au gaspillage du pain notamment durant les premiers jours du mois sacré de Ramadhan où un important gaspillage est enregistré coûtant des sommes faramineuses en devises au Trésor public». «La consommation négative au sein des familles algériennes est à longueur d’année mais augmente durant le Ramadhan, dépassant ainsi, de loin, les besoins quotidiens du citoyen», a-t-il expliqué. M. Tamim a fait savoir que l’APOCE avait également lancé «une campagne de sensibilisation en vue de rationaliser la consommation durant ce mois sacré en coordination avec tous les acteurs de la société civile et les autorités locales». Pour sa part, le président de l’Union nationale de protection du consommateur (UNPC), Mahfoud Harzelli a indiqué que la «rumeur relayée avant le Ramadhan faisant état d’une pénurie en matière de produits essentiels notamment subventionnés a créé une ruée sur ces produits jetés après leur avarie». Et de préciser que «la lutte contre le gaspillage du pain exige la sensibilisation du citoyen à la gravité de ces pratiques nuisibles à l’économie nationale», a-t-il affirmé, appelant à la «nécessité de limiter certains comportements négatifs en matière de consommation». L’intervenant a souligné la nécessité de lutter contre «le gaspillage collectif du pain au niveau des restaurants de la Rahma, faute de moyens de stockage pouvant contenir d’importantes quantités de produits alimentaires», préconisant «d’établir les listes des bénéficiaires des repas de l’Iftar auprès de ces restaurants pour éviter le gaspillage». Le secrétaire général de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Hazab Benchahra a indiqué que «le gaspillage du pain est contraire aux valeurs de la société algérienne», estimant «qu’il est temps de tirer la sonnette d’alarme et d’unifier les efforts pour sensibiliser le citoyen à la gravité de ce phénomène enregistré pendant toute l’année et non pas uniquement durant le mois du Ramadhan». Mme Sabrine Beggar, chef de département prévention de l’Agence nationale des déchets (AND) a affirmé que l’agence veille à trouver des solutions pratiques au phénomène du gaspillage alimentaire, notamment du pain, vu les quantités de déchets produites».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prise en charge de la communauté nationale à l’étranger. Le MAE prend des mesures d’urgence

La communauté nationale, établie à ...

Plans émiratis pour déstabiliser le Sahel et l’Algérie. Ces pays à la botte d’Israël…

A la guerre comme à ...

2ème session d’APW en avril. L’agriculture, un dossier qui promet…

La deuxième session ordinaire de ...

Vigilance face aux turbulences et tensions dans la région. Que de défis à l’Algérie nouvelle !

Le Président de la République, ...

Les communes doivent déposer succinctement les opérations avant de prétendre aux financements de soutien. De la crise Covid … à la crise budgétaire

L’une des recommandations faites aux ...