Accueil » ACTUALITE » Des caméras de vidéosurveillance HD bientôt dans les gares. Trains et voyageurs en danger !

Des caméras de vidéosurveillance HD bientôt dans les gares. Trains et voyageurs en danger !

Les pouvoirs publics de tutelle décident enfin de mettre le holà aux actes de vandalisme qui ciblent trains et autres équipements des chemins de fer. La SNTF innove et se modernise. Elle envisage de mettre en place un système de vidéosurveillance afin de sécuriser ses installations ferroviaires. Les gares connaissant un trafic dense de passagers seront les premières installations à protéger contres les actes de vandalisme dont les jets de pierres qui causent chaque année des pertes considérables aux trains en marche. Ce système vidéo surveillance qui repose sur des caméras de surveillance de haute définition, permettront dans un avenir proche, de débusquer les vrais auteurs coupables de tels actes et éventuellement prévoir avec célérité les réparations des dommages matériels engendrés par ces actes dans les zones de son réseau ferroviaire. C’est un projet d’envergure qui tient à cœur depuis belle lurette la SNTF et dont la phase de concrétisation est arrivée à sa phase finale. La Société historique de transport des voyageurs par les chemins de fer est arrivée à la conclusion que seules les caméras de surveillance peuvent la mettre à l’abri des actes malveillants et des agressions contre ses ouvrages ferroviaires. La SNTF a diligenté un réseau, de quoi connecter toutes les villes algériennes entre elles. Actuellement, ce réseau ferroviaire est long de près de 5.000 km. Le réseau ferroviaire a, rappelons-le, fait son apparition en Algérie au milieu du XIX siècle. L’Algérie ambitionne de se connecter via le chemin de fer à d’autres villes maghrébines comme les villes de Tunisie par exemple. Pour cela et vu de l’étendue de ses chemins de fer et de ses ambitions économiques, elle doit avant tout les sécuriser pour le bien-être des personnes mais c’est aussi pour protéger ses marchandises allant vers le sud comme les produits de gaz pétroliers. La SNTF veut simplement protéger ses trains et ses équipements secondaires. Les atteintes aux biens du patrimoine des chemins de fer sont légion depuis des lustres. Il faut que cela cesse, dit-on. Là aussi, les travailleurs des chemins fer ne sont pas au bout de leurs peines. Eux qui subissent périodiquement, avec les reprises du trafic, les répercussions des jets de pierre, un phénomène devenu récurent. La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) est en passe de doter un nombre considérable de gares ferroviaires à grande affluence de caméras de vidéosurveillance haute définition afin de lutter contre les actes malveillants contre les personnes et les équipements, notamment les jets de pierres contre les trains qui font subir à la société d’importantes pertes, a indiqué le directeur délégué à la sécurité d’exploitation ferroviaire, Ali Kechout. Dans une déclaration, le responsable a précisé que ce projet d’envergure qui sera réalisé en coordination avec les services de la Gendarmerie nationale et de la Sûreté nationale, prévoit l’installation de caméras de vidéosurveillance haute résolution au niveau des gares à forte affluence en vue de lutter contre les actes malveillants et les agressions contre les personnes et les équipements. En cas d’agressions, les services de sécurité de la SNTF remettront les enregistrements des caméras de surveillance aux services de sécurité pour arrêter et punir leurs auteurs, a expliqué M. Kechout. Il a, à cet égard, rappelé que le Code pénal algérien prévoyait des peines sévères contre les auteurs de tels actes malveillants, précisant que « sont punis de l’emprisonnement de cinq (5) ans à dix (10) ans et d’une amende de cinq cent mille (500.000) DA, les individus coupables d’agressions commises contre des personnes ou des équipements ou de tout acte constituant un danger pour l’intégrité et la sécurité des trains ». S’il résulte de l’agression, une infirmité permanente pour la victime, travailleur ou voyageur, la peine encourue est la réclusion à temps de dix (10) à vingt (20) ans et l’amende est de un (1) million à deux (2) millions de DA, a-t-il dit, ajoutant que « s’il résulte de l’agression et d’un homicide, l’auteur encourt la peine de réclusion à perpétuité ». Afin de mettre en exergue les risques de ces attaques qui ciblent les équipements et les travailleurs de la SNTF, M. Kechout a fait état du recensement, depuis la reprise du trafic ferroviaire, le 03 janvier dernier, de 86 cas de jets de pierres sur des trains à travers le territoire national, faisant trois blessés parmi les travailleurs des chemins de fer. A ce titre, 76 vitres ont été brisées en raison de ces attaques, a-t-il indiqué, ajoutant que la réparation de ce type de vitres coûte d’énormes sommes en devises. Durant la période 2013-2019, rappelle-t-il, 2.732 cas de jet de pierres ont été déplorés, suite à quoi plus de 2.700 vitres ont été brisées, précisant que la valeur d’une seule vitre oscille entre 60 et 120 millions de centimes. Ces attaques, a-t-il dit, ont fait plus de 240 blessés, dont 124 voyageurs et 116 travailleurs des chemins de fer. La SNTF a subi durant la période 2013-2019 des pertes estimées à 727 millions de DA, en raison des jets de pierres sur des trains, a-t-il regretté.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tebboune exige des enquêtes suite à la détérioration du transport maritime. L’heure des comptes est venue!

Que se passe-t-il au secteur ...

Viandes blanches. Les prix bientôt plafonnés

L’Etat frappe d’une « main de ...

Le FLN dépêche son envoyé spécial, le membre du BP, Ferhat Aghrib. Plus de 30 délégués de Congrès désignés pour l’heure

Le parti du Front de ...

Pour le transport combiné de gaz naturel et de l’hydrogène. Medgaz sera revu et corrigé

Le contexte s’y prête d’autant ...

4.616 cas de violences depuis janvier 2022. Les femmes doivent briser le mur du silence

Comment sensibiliser et prévenir les ...