Accueil » ORAN » Délinquance urbaine. La lutte est aussi l’affaire des collectivités

Délinquance urbaine. La lutte est aussi l’affaire des collectivités

Quelle notion que celle de la politique de la ville. L’exode rural, la sécurité, l’emploi, l’éducation, l’urbanisme, le monde associatif, tout s’y mêle et s’y mélange, tout s’y penche et y pioche au vent de l’opportunité et de la conjoncture, l’élément qui appuiera le discours, l’intérêt du moment. Il n’est d’autre façon d’envisager le sujet cependant que dans un regard englobant une démarche holistique. Le conditionnement social précède-t-il l’impasse économique ou le désoeuvrement nourrit-il la misère? Il s’agirait de ne plus choisir. Le cercle vicieux de l’embourbement des quartiers et cités difficiles, dans toujours davantage de maux, révèle l’interconnexion des sujets et la dimension tragique d’un conditionnement qui se manifeste dès les plus jeunes années, et contre lequel il semble que rien ne peut être fait. Les habitants de la wilaya d’Oran continuent de faire face à de nombreuses agressions perpétrées par des jeunes sans emploi et souvent sous l’emprise de la drogue qui écument certains quartiers et cités, faisant des vols et agressions, leur gagne-pain. Il ne se passe pas un jour sans que l’on ne signale une agression contre de paisibles citoyens. Oran ne cesse de connaître le phénomène de la délinquance qui va crescendo. Les nouvelles cités de Belgaid reçoivent un nombre important de ménages délogés des immeubles, en raison de la prolifération des maux sociaux dans les milieux d’une jeunesse frappée de plein fouet par le chômage, l’ennui et la frustration, notamment celle des cités et quartiers périphériques. Cette situation qui a fait augmenter la population de la ville, a malheureusement apporté avec elle un lot de délinquance, de criminalité et autres. Effectivement, la quiétude d’antan de la ville d’Oran et ses communes où les senteurs des roses et du mesk emplissaient l’air, a cédé peu à peu la place à une ville où il ne fait plus bon vivre et où règnent l’insécurité, les vols, les agressions et autres. Le problème de l’insécurité qui, depuis des années fait la une des journaux et occupe quotidiennement la vie des citoyens, doit être résolu à partir de stratégies complexes qui soient correctement équilibrées entre prévention et répression. Pour les forces de police, la recherche de cet équilibre rend nécessaire un engagement pour à la fois, combattre les principales formes de criminalité et présenter une image positive auprès de la population afin d’obtenir sa collaboration. Pour les administrations, chacune dans leur domaine respectif de compétence, cela implique de répondre à la délinquance, en développant des actions de prévention qui améliorent aussi la qualité de la vie quotidienne.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière. Un calvaire quotidien

En dépit des mégaprojets réalisés ...

USTO. Prolifération inquiétante des chiens errants

En l’absence d’une lutte efficace, ...

St Hubert, Protin, les Mimosas, les Amandiers… Des extensions anarchiques

«Ce qui est insolite à ...

Aires de stationnement. Le manque de parking à l’origine des embouteillages

Le phénomène des stationne-ments anarchiques ...

Environnement. L’entretien de la ville repose sur le quotidien des citoyens et les moyens de la collectivité

La propreté des rues et ...