Accueil » RÉGIONS » Dédoublement de la voie ferrée Béjaïa-Beni Mansour. Les travaux s’accélèrent

Dédoublement de la voie ferrée Béjaïa-Beni Mansour. Les travaux s’accélèrent

Bloqué depuis plus de dix années, puis repris en mars 2020, les travaux du projet de dédoublement et la modernisation de la ligne ferroviaire Béjaïa-Béni-Mansour (Bouira) s’accélèrent. C’est ce que nous avons constaté, en se rendant dans certains sites de ce projet vital pour la wilaya de Béjaia. «Les travaux connaissent une progression remarquable, après la levée des entraves», avons-nous appris des responsables de ce projet qui vise à «dédoubler la voie actuelle en exploitation et la rectification de son tracé de sorte à mettre en rail». La réalisation de ce méga projet a été confiée par l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif), en 2012, à un groupement d’entreprises algériennes chapeauté par Cosider. «Ce projet a été freiné par les oppositions de certains riverains», nous informe-t-on, en nous rappelons le tracé initial prévu qui a toché «32 unités de production, trois établissements scolaires, 1.600 habitations, sept cimetières et trois mosquées qui auraient été intégralement rasés à travers les communes de Chorfa (Bouira), Tazmalt, Akbou, Ighzer Amokrane, Takrietz, Sidi Aich, Ilmaten, El Kseur et Bejaïa, sans parler des milliers d’oliviers et d’autres arbres fruitiers qui auraient été déracinés». Les travaux de dédoublement de la voie ferrée Béjaïa-Béni Mansour connaissent actuellement une cadence appréciable et permettront, après son achèvement, de «passer d’une vitesse de 70 km/h à 160 km/h pour le transport de voyageurs et à 100 km/h pour le transport de marchandises», a-t-on appris des responsables de l’Agence nationale d’études, de suivi et de réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif). Ces derniers nous précisent que «le projet consiste au dédoublement de la voie actuelle en exploitation et la rectification de son tracé de sorte à mettre en rail, à terme, des trains pouvant rouler jusqu’à 160 km/heure pour les voyageurs et 100 km/heure pour les marchandises». Selon toujours cette agence, «le tracé est dessiné sur la ligne existante sur un chevauchement de parcours de près de 35 km et le reste, soit 52 km, est prévu sur site vierge, et imposé notamment dans la perspective de la correction des courbes et la mise en place d’ouvrages d’art (55 unités) et de tunnels (03)», ajoutant que «la ligne sera électrifiée en 25 kv/50 Hz, dotée de moyens de signalisation et de télécommunication de pointe et pourvue en nouveaux équipements roulants». Il convient de rappeler que le projet de réhabilitation et de modernisation de la ligne ferroviaire Beni Mansour-Béjaia a failli être annulé à plusieurs reprises, suite au refus et à l’opposition des citoyens. L’entreprise en charge de sa réalisation s’est heurtée au niveau de ces chantiers aux oppositions des riverains et des propriétaires des terrains concernés par le passage du tracé. Plusieurs associations se sont relayées, ces derrières années, pour demander la relance de ce projet «capital et vital pour la wilaya de Béjaia et qui constitue un maillon clé pour atteindre à terme l’objectif de désengorger la RN 26 qui est actuellement sur utilisée». En prenant en compte les doléances des riverains et les oppositions, l’Anesrif a conçu un nouveau tracé; «une nouvelle variante qui a pris en compte et en considération toutes les recommandations, observations et instructions données par les autorités lors des réunions tenues antérieurement», apprend-on de la même source. Un nouveau tracé qui «a évité au maximum les démolitions, qu’il s’agisse d’habitations, édifices publics ou unités industrielles, apprend-on des responsables de l’Anesrif qui nous précisent que «des rectifications ont été introduites dans le cadre de ce nouveau tracé, ce qui a permis d’épargner une opération de démolition prévue pour plusieurs habitations ainsi que des unités économiques». Le marché du projet de dédoublement de la voie ferrée, Béjaia–Beni Mansour, a été attribué, il y a plus de trois années, par l’Agence nationale d’études et suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anserif), à ESTELRA, un consortium formé de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) et l’allemand Siemens. Le montant du marché s’élève à 95 millions d’euros, les clauses du contrat ont intégré aussi les équipements pour un centre de contrôle des opérations et la formation du personnel local. Selon les responsables en charge de ce dossier, la modernisation de cette voie ferrée permettra de passer la vitesse de 70 km/h à 160 km/h et le trajet Bejaia-Alger se fera en 1 h 08 m avec les arrêts. Un projet qui verra aussi la suppression des 98 passages à niveau existants sur cette ligne ferroviaire et prévoyant, en outre, la réalisation de 55 ouvrages d’art, dont trois tunnels. Le projet comporte non seulement le dédoublement mais aussi la réhabilitation et la modernisation des installations ferroviaires de la ligne Beni Mansour-Bejaia, sur un linéaire de 87 km, visant à réduire le temps du trajet entre Bejaia et Alger. Dans l’étude du projet, est prévu également de faire la liaison avec le port de Bejaia pour faciliter le transport de marchandises, en incluant également la rénovation des 09 gares ferroviaires implantées à: Tazmalt, Akbou, Sidi Aïch, Ighzer Amokrane, Takriets, Ilmaten, El-Kseur, Oued Ghir et Bejaia. Ce projet sera d’un grand apport pour toute la vallée de la Soummam, connue pour son dynamisme économique, comme il permettra aussi de développer les lignes ferroviaires avec les autres régions du pays, notamment l’Est et les hauts plateaux et aussi d’améliorer, de manière significative, la desserte de Bejaia à partir de la Rocade nord. Ce projet qui facilitera les déplacements entre Bejaïa et la capitale et le développement des zones d’activités, permettra aussi aux trains de faire neuf rotations par jour entre Béjaïa et Alger en transportant 130.000 passagers et 18.000 tonnes de marchandises.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Elle permettra d’alimenter six communes de la rive sud de la wilaya de Bejaïa. Une station de traitement d’eau de 50 000 m3 mise en service

Les communes de la rive ...

Béjaia. La liste des noyades et des accidents de la circulation s’allonge

La liste des noyades en ...

Véhicules poids lourds. Circulation interdite le jour sur deux routes nationales à Béjaïa

Les véhicules poids lourds sont ...

Béjaia. Noyades et accidents de la circulation sont légion en période estivale

Depuis le lancement de la ...

62 ans après l’indépendance. L’Algérie pèse lourd sur l’échiquier mondial

L’Algérie célèbre la fête de ...