Accueil » RÉGIONS » Cycle secondaire à Mostaganem. De mauvais résultats causés par l’insouciance de certains proviseurs

Cycle secondaire à Mostaganem. De mauvais résultats causés par l’insouciance de certains proviseurs

A Mostaganem, presque trois cent mille élèves fréquentent les bancs des écoles. C’est une fierté que de savoir que les autorités de la wilaya adoptent la meilleure stratégie pour offrir aux élèves les meilleures conditions de scolarisation. Mais certains chefs d’établissement de la wilaya semblent être hors-jeu et font faire suivre les années scolaires avec des résultats qui n’honorent pas le système éducatif. De ce fait, nous allons essayer de mettre à nu ces chefs d’établissement du cycle secondaire qui, chaque fin d’année, laissent un grand nombre d’élèves sur le carreau. Sur la soixantaine de lycées de la wilaya de Mostaganem, il y a des établissements qui n’arrivent même pas à 20% de réussite au Baccalauréat. Ce sont toujours les mêmes lycées qui traînent à la fin du classement. Certains occupent tout le temps les dernières places au niveau national…mais on tourne la page et on continue avec les mêmes responsables, les mêmes procédures et la même médiocrité. Le pire, c’est que ces chefs d’établissements, rien ne les inquiète car ils ne sont jamais évalués pour leurs mauvais résultats. Au vu des mauvais résultats obtenus chaque année et au vu des déperditions scolaires, l’Inspection Générale de l’Administration de la circonscription est censée remettre les pendules à l’heure. Cependant, on constate amèrement que les chefs d’établissement dont les résultats sont brillants, année après année, sont traités de la même manière que ceux qui excellent dans la platitude. On n’a jamais encouragé ceux qui œuvrent pour la performance, ceux qui honorent la wilaya par des résultats brillants chaque fin de cursus comme le cas du lycée Khleifia de Achacha qui se classe premier de la wilaya, il y a plus de dix années. Ce cliché est aberrant car, jusqu’à aujourd’hui, on a tendance à rendre publics les pourcentages des résultats probants mais on tait sciemment les mauvais résultats. Aujourd’hui, on se pose cette question récurrente: que doit-on faire des élèves rejetés du système scolaire? Ces adolescents, objet de l’échec et qui représentent plus de 50% des effectifs, deviennent des déscolarisés en proie de toutes les typologies de la délinquance s’ils ne sont pas réorientés. Notre sujet rebondit sur les raisons de l’échec qui n’ont jamais été analysées. A Mostaganem, à une époque donnée, il y des lycées qui rayonnaient et qui étaient considérés comme des pôles d’excellence mais aujourd’hui, ils sont promoteurs de cancres et le résultat est acerbe. Aujourd’hui, beaucoup s’accordent à dire, qu’en plus du marasme chez beaucoup d’enseignants qui, loin de l’établissement, marchandent avec leurs cours de soutien, viennent se greffer les mauvaises pratiques de certains proviseurs. Car ces derniers sont loin du projet scolaire mais développent, en parallèle, d’autres activités. Il y a ceux qui sont exploitants agricoles, vendeurs de véhicules, commerçants et même agents immobiliers …Cela se passe bien à Mostaganem et si on fait parler les statistiques, ce sont toujours les mêmes qui sont la principale cause de l’échec.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. Le wali partage la fête de l’Aïd avec les personnes âgées

A Mostaganem, la journée de ...

Le ministre de l’Education Nationale à Mostaganem. Des avancées et des satisfactions

Le ministre de l’Education nationale, ...

Coopération à Mostaganem. Partenariats obsolètes et conventions fantaisistes

A Mostaganem, comme partout ailleurs, ...

Circulation routière à Mostaganem. Ville congestionnée attend mesures adaptées

Ces dix derniers jours du ...

Agriculture à Mostaganem. Le wali supervise les récoltes primaires de la pomme de terre

Le chef de l’Exécutif a ...