Accueil » RÉGIONS » Culture. Le nouveau directeur déjà sur le front

Culture. Le nouveau directeur déjà sur le front

Le docteur Mohamed Merouani, récemment nommé comme directeur de la culture et des arts de la wilaya de Mostaganem, adopte un style managérial assez instructif visant à redynamiser le secteur. Un secteur qui, des années durant, a subi les effets d’une léthargie qui l’a plongé dans un engourdissement difficilement explicable. La crise sanitaire est aussi passée pour mettre une couche supplémentaire à cette somnolence. La redynamisation des activités culturelles donnera au jeune responsable du pain sur la planche. Toutefois, ce jeune cadre dont les potentialités académiques sont manifestement son fer de lance, s’est engagé à faire un état des lieux scrupuleusement mené impliquant les cadres de son domaine dans la perspective de valoriser leurs expériences. Avec le soutien incontournable de M. le wali, le nouveau directeur est déjà monté au front pour un diagnostic précis lui permettant d’asseoir une stratégie adaptée aux aspirations culturelles et artistiques de la wilaya. En effet, à Mostaganem, il existe un potentiel sans égal en terme d’infrastructures culturelles. D’un autre côté, les capacités humaines culturelles et artistiques existantes dans la wilaya se grefferont inéluctablement à la nouvelle stratégie pour une meilleure relance du secteur. Pour redonner vie à la culture dans tous ses aspects et sur tous ses niveaux, M.Merouani reste confiant car il estime que le secteur est gérable quand il y a l’engagement des gens de la culture. Le Directeur estime que sa politique reposera, très naturellement, sur les acteurs artistes, peintres, dramaturges, acteurs, chanteurs, écrivains, archéologues, cinéastes, paroliers, poètes, etc… Ce responsable pense aller au grain rationalisant les moyens. Il ouvrira ses portes aux diverses propositions servant à redynamiser le secteur. Il y croit fermement à la revalorisation du potentiel culturel et artistique. Dans sa stratégie, il compte beaucoup sur l’apport académique de l’Université Abdelhamid et de son département d’arts plastiques et de cinéma. Pour ce qui est du patrimoine historique et culturel, le directeur est disposé à oeuvrer pour la préservation du secteur sauvegardé en accompagnant les associations qui militent pour la conservation de la mémoire de la wilaya de Mostaganem. La culture de la ruralité est pour le responsable un autre chalenge qu’il faut exhausser. Selon lui, la culture sur les territoires extra-muros doit surtout être comprise comme un choix collectif, riche de perspectives partagées par tous les acteur…c’est ainsi que cette démarche est essentielle à la construction culturelle et artistique des jeunes ruraux et de ceux qui vivent dans les zones d’ombres dont il faut soutenir les initiatives. Avec l’appui du chef de l’exécutif, M.Merouani souhaite débroussailler le secteur en allant avec intelligence, faisant appel à toutes les forces vives de la wilaya afin d’immortaliser les richesses culturelles du territoire Mostaganem. Il est très motivé pour relever un défi et cette motivation est conjuguée au futur.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pêche et l’aquaculture. Un secteur à croissance appréciable

L’invité du forum hebdomadaire de ...

Journée Nationale de la Presse. Une fête somptueusement célébrée à Mostaganem

Comme à chaque occasion du ...

Parc d’El Arssa (Mostaganem). Promouvoir les loisirs, un acte managérial notoire

Mostaland est l’un des meilleurs ...

Emigration clandestine. Zoom sur l’histoire tragique de la harga

L’émigration clandestine à destination de ...

Mostaganem. Les enfants des zones rurales privés de loisirs

Filles comme garçons, habitant les ...