Accueil » CHRONIQUE » Crimes oubliés, crimes impunis

Crimes oubliés, crimes impunis

Existerait-il, un délai de prescription dans le droit pénal international, concernant les crimes commis, jadis, contre les peuples, autrefois, assujettis? Et bien, cela dépendrait de la force, voire de la puissance de ce peuple ayant fait l’objet de crimes collectifs. Le droit international est fluctuant et modelable à volonté, par ceux l’ayant légiféré. Puisque les puissances actuelles qui imposent leurs volontés sur le reste du globe, sont toujours les mêmes nations ayant commis jadis, les plus horribles crimes sur les peuples formant actuellement, ce que l’on désigne par les Etats «fantoches» du tiers-monde. Tout ce que ces peuples désirent, en somme, c’est bien de prier: «Dieu soit loué que nous n’étions pas tous massacrés». Parmi, ces pays, l’Algérie, notre patrie, qui a été martyrisée pendant, plus d’un siècle et un quart de siècle. Lorsque l’on aborde la question des essais nucléaires et les crimes commis en plein jour et sous le soleil ardent de la très aride région du Touat, l’on ne va aborder qu’un infinitésimal segment d’un drame contre l’humanité qui aura besoin de volumineux traités, afin de tout dire et tout raconter avec détail. Pour ce qui est de la pertinente question, si la France était consciente de l’atrocité du drame ayant accompagné les «innocents et très scientifiques» essais nucléaires. Et bien, la France est hyperconsciente. Ce sont, au fait, les peuples «abrutis et fiers de l’être qui n’en sont pas conscients… Ces peuples castrés par un aigu complexe d’infériorité au point où ils ont perdu tous leurs repères d’êtres humains, dignes de leur humanité. La preuve, c’est que l’on continue constamment -par exemple- à adopter la version de l’ex-colonisateur concernant, notre façon de traiter ce grave problème. De quoi s’agirait-il, alors? Selon la version médiatisée par la France! Et bien, de par son statut de puissance occupante de l’Algérie, qui était encore française, le gouvernement français avait procédé à des essais nucléaires, dans une région désertique propice pour ce genre d’essai à la «connotation» purement scientifique. Et bien sûr, comme disait l’adage «très français», l’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Au cours des essais, il y a eu des «accidents de parcours», des «indigènes riverains au lieu du crime» ont – parait-il- été touchés par la radioactivité produite par les essais, d’ailleurs, comme, il y avait des militaires français, participant aux opérations d’essais, également touchés. Donc, on est quitte ! N’est–ce pas? Mais, on n’a jamais parlé des 150 prisonniers de droit commun qui ont été transférés de la prison de Mascara afin de servir de cobayes et servir à l’épanouissement de la puissance nucléaire française. Et, de toute évidence, servir la science, la science des crimes …

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Enfin ! Les maires auront plus de prérogatives !

Il y a une semaine ...

Entrée en vigueur de l’embargo sur le pétrole russe. L’Europe tiendra-t-elle le coup?

Une première dans les annales. ...

Guerre et pétrole

Paraît-il, nous sommes en train ...

La drogue et… ses interminables histoires

Avant d’aborder la très «consommée» ...

Enfin, le Rai patrimoine mondial !

Ce n’est pas la première ...