Accueil » ÉCONOMIE » Cour des comptes. L’EGT Zeralda dans la ligne de mire

Cour des comptes. L’EGT Zeralda dans la ligne de mire

Cette entreprise de gestion touristique est destinataire d’un rapport, un contrôle N: 05 du 14 juillet 2021 de la part de la cour des comptes daté du 27 juillet 2021, relatif à l’opération de modernisation de ladite entreprise. Cette correspondance de la cour des comptes est destinée, essentiellement, aux gestionnaires de l’EGT sus- visée dont le PDG, l’ex président du conseil d’administration, le Directeur financier, l’actuel président du conseil d’administration, le Directeur des centres des vacances et l’actuel directeur de l’Hôtel Mazafran, pour explications écrites sur leur gestion des établissements qu’ils gèrent et l’opération de modernisation. Pour ce qui est des travaux de modernisation, ceux-ci ont été pris en charge par l’entreprise de Hachichi Med Lyes qui est, notamment, l’architecte du bureau d’étude de l’hôtel Les Sables d’Or. Ladite entreprise qui réalise la modernisation au niveau de cet hôtel, est gérée aussi par son gérant Mohamed Wassim Abdi. C’est donc les deux gérants de l’entreprise, « Luxe export », Mohamed Wassim Abdi et Mohamed Lyes Hachichi qui prennent en charge les travaux de modernisation de l’hôtel Sables d’Or de l’EGT Zeralda. La société mixte Luxe Export, domiciliée à Clichy en France et dirigée principalement par Hachichi Mohamed Lyes qui est son gérant, a été créée en Novembre 2016. Ces deux responsables, Hachichi et Abdi, possédaient une société mixte en France « Marbres et Bois ». Dans le cahier des charges du projet, les commissions avaient décidé « dalles de sol » valorisées dans le marché conclu par l’EGT Zeralda et l’entreprise ABDI. Les deux responsables Hachichi et Abdi ont procédé à l’utilisation du marbre qui a coûté une bagatelle plafonnant les milliards à la place de la dalle de sol, contrairement au cahier de charges. Existe-t-il une association entre bureau d’études et l’entreprise réalisatrice des travaux de modernisation de l’hôtel sus- mentionné ? L’hôtel Les Sables d’Or de l’EGT Zeralda, qui occupe une superficie de 21 555 M2 en pleine rénovation, serait en cours d’achèvement, ce qui n’est pas le cas lors de notre constat de visu puisque son ouverture prévue pendant la période estivale n’a, hélas, pas eu lieu, à en croire les propos du PDG Arezki Touati. Les responsables sur place imputent ceci à l’opération de confinement où 1000 confinés en 2021 ont séjourné dans cette structure. L’EGT de Zeralda, dans l’ouest d’Alger, filiale du groupe HTT est composée de 03 unités que sont les deux hôtels Le Mazafran et le Sables d’Or, au côté du centre touristique qu’est le complexe touristique CT. Dans leur dernier débrayage du 21 juin dernier, les travailleurs contestataires que nous avons rencontrés, souhaitaient, entre autres revendications, que la justice épluche l’épineux dossier de corruption qui a gangrené leurs structures hôtelières y compris le dossier de modernisation des deux hôtels Mazafran mais surtout celui des Sables d’Or. En effet, les travaux de modernisation de cet hôtel traînent encore les pattes depuis plus de 04 années déjà. En dépit de nos allers – retours incessants à cette EGT de Zeralda, au mois de juillet et Août dernier pour rencontrer le PDG Arezki Touati et le SG du Syndicat d’entreprise, Khaled Benchalabi, ceux- ci ont opposé un niet catégorique à notre doléance pour nous informer sur le dossier relatif à la modernisation de l’hôtel Mazafran et celui des Sables d’Or. Pourquoi le PDG et le syndicat ont-ils opposé un blackout à notre doléance ? Cette entreprise est l’œuvre, comme les autres entités, de l’architecte français Fernand Pouillon, mise en exploitation en 1969 mais qui n’a pas connu d’opération de réhabilitation depuis 20 ans, apprend-on sur place. Or l’hôtel Mazafran a été fermé pour travaux de réhabilitation en 1998 et sa privatisation au profit du groupe koweïtien Safir. Il deviendra ensuite l’Hôtel Mazafran, géré par des koweïtien, libanais, tunisiens, ensuite français avant qu’il ne soit récupéré par le HTT après sa réception en juillet 2019. Pour ce qui est de la modernisation de l’hôtel Sables d’Or, celle-ci fait l’objet d’interrogations devant ce retard mis pour sa réception. Pourtant le PDG avait parié, lors de ses différentes sorties, sur ce qu’il a qualifié de « challenges » d’ouvrir l’hôtel en question Les Sables d’Or lors de cette saison estivale qui tire à sa fin puisqu’il a promis de la réussir, hélas, rien n’a été fait. Lors de notre visite sur les lieux, l’hôtel est toujours en travaux inachevés. Le chef réceptionniste et le directeur commercial nous ont bien confirmé cette lenteur avant de nous diriger vers le PDG qui refuse de nous recevoir.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

2ème session CTO Forum Algeria. L’information et la Technologie, les enjeux cruciaux de l’heure

Il s’agira lors de cette ...

Journée nationale de l’étudiant. Tebboune à la nouvelle ville de Sidi Abdallah

Désormais, le pôle technologique de ...

Clôture des travaux de la session ordinaire de l’UA. Adoption du cadre politique des Start UP

En attendant l’organisation par l’Algérie ...

Chiffres d’affaires de la société LG. 21.090 milliards de KRW pour début 2024

Malgré des conditions macroéconomiques difficiles ...

Conférence internationale «Panorama pharmaceutique sur les nouveaux caps». Comment instaurer la souveraineté pharmaceutique en Algérie?

Fidèle aux principes de jumelage ...