Accueil » ORAN » Coupures d’électricité en série à la cité AADL Ahmed Zabana. Les abonnés en colère

Coupures d’électricité en série à la cité AADL Ahmed Zabana. Les abonnés en colère

En dépit du discours de la SONELGAZ qui se veut être rassurant vis-à-vis de ses abonnés, des milliers de clients sont constamment privés d’électricité à la suite de divers incidents à répétition sur le réseau. Avant-hier encore, des clients ont en été victimes. L’agacement gagne du terrain. Le vendredi 05 janvier, des milliers de citoyens habitant le nouveau pôle urbain Ahmed Zabana, avaient été privés de courant pendant un peu plus de cinq heures. Une coupure qui est survenue durant une journée où les résidents préfèrent rester chez eux, étant donné que c’est une journée de week-end. Des incidents «malencontreux » sont souvent évoqués par la SONELGAZ, mais là, la coupe est pleine dans les foyers. «Cela a encore duré plusieurs heures, regrette un abonné, à l’heure de faire la cuisine pour le déjeuner. On a récupéré l’électricité après 13 h », s’indigne un client habitant la cité. Que s’est-il passé le vendredi? Le numéro vert 3303 a été harcelé par les clients qui voulaient avoir une réponse fiable et correcte et l’heure de rétablissement de l’électricité. Malheureusement, la panne a duré plus qu’il ne faut et la colère des résidents devenait visible. «Nous ne pouvons plus supporter ces coupures répétitives de la SONELGAZ qui doit faire de son mieux pour améliorer la qualité de ses services car ce n’est pas normal que ces coupures s’enchaînent d’un jour à un autre», dira un citoyen qui s’est précipité pour débrancher tous ses appareils électriques. Quelques jours auparavant, vers minuit, la cité avait été aussi privée d’électricité pendant deux heures. Or ce qui est redouté par les résidents c’est les coupures intervenues durant la matinée qui risquent de faire des dégâts sur les équipements à l’image des ascenseurs. En colère, le même sort a été vécu par les commerçants. En effet, durant les heures où l’activité battait son plein dans les commerces, l’électricité était perdue. « Durant ces jours de chaleurs nous avons du mal à conserver la marchandise vite périssable, à l’image des dérivés de lait », s’est plaint un commerçant. Enfin, il est toujours utile de rappeler que les factures arrivent salées, alors que les abonnés s’interrogent sur le rapport qualité de prestation et les factures envoyées.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...