Accueil » Point de Vue » Couper Internet pour sécuriser le BAC ?!

Couper Internet pour sécuriser le BAC ?!

Couper Internet pour une histoire de sécurisation du BAC, voilà ce que le commun des mortels ne peut comprendre et surtout ne peut accepter. Une coupure générale d’Internet bloque tout le monde et les internautes se retrouvent, cinq jours durant, en «chômage technique». Administrations, médias, commerces électroniques… ne peuvent surfer sur la toile pour raison professionnelle. Que faire alors ? Prendre son mal en patience, sortir, tuer le temps autrement ou alors trouver d’autres occupations comme classer les dossiers entassés, nettoyer son PC ou son smart phone, cinq jours devront suffire pour ces tâches occasionnelles. Ce qui est sûr, pour le travail du jour, pour les cas urgents du boulot, c’est mal parti. Année après année, de nombreux responsables, notamment ceux du secteur de l’Education, ressortent cette litanie de sécurisation des examens mais en optant toujours pour la solution la plus radicale, celle de la coupure pure et simple d’Internet. Pourtant, ce ne sont pas les moyens qui manquent pour déjouer les tentatives de tricherie comme les brouilleurs de signal dans les centres d’examen. C’est plus simple, plus efficace et moins contraignant pour les autres citoyens ayant fait d’Internet, un outil de travail. Il suffirait d’investir dans ces gadgets qu’on sortirait une fois par an et éviter ainsi de pénaliser tout un pays. Mais, il semble que les solutions les plus efficaces sont les plus faciles et les moins coûteuses. Alors, patientons cinq jours jusqu’à la fin des épreuves et patientons encore, ensuite, peut-être que l’année prochaine, on prendra des décisions sensées. Peut-être qu’on prendra conscience des pertes subies pour l’économie, peut-être qu’un décideur saura entendre les appels des professionnels du numérique, incapables de bosser autrement et tranquillement. Peut-être… mais pas sûr.

À propos Abdallah Bouhali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un paradoxe nommé Renault

L’usine Renault, malgré des déclarations ...

Des Verts et des pas mûrs !

Nous l’avons souligné à maintes ...

Ghaza pleure mais reste debout

Ghaza souffre, Ghaza pleure mais ...

Tout part d’une intox !!!

Les légumes secs se sont ...

Nous sommes les moutons

Nous sommes les moutons, des ...