Accueil » ORAN » Corniche oranaise. Un week-end marqué par plusieurs accidents de motos

Corniche oranaise. Un week-end marqué par plusieurs accidents de motos

«Réflexion personnelle sur la culture motarde du bruit, en particulier sur le mythe du pot d’échappement bruyant. Dans l’imaginaire du motard  »moyen », une moto est faite pour  »faire du bruit » et beaucoup de motards ne jurent que par le bruit de leur moto, synonyme pour eux de vitesse, de puissance donc de virilité ». Ces derniers jours ont été particulièrement meurtriers pour les motocyclistes sur les routes de la corniche oranaise, qui dénombrent plusieurs accidents graves. Ce week-end, selon des témoins, on a compté plusieurs blessés évacués vers l’hôpital Medjbeur Tami d’Ain Turck. Les motocyclistes qui sont surexposés dans les accidents de la route à Oran et dans d’autres villes du pays, ont une part de responsabilité importante dans ce triste constat. Selon des statistiques, plus de 1.000 accidents de la route ont été causés par les motards durant le premier trimestre de l’année en cours à l’échelle nationale. 20 à 25% des accidents enregistrés ont été causés par cette catégorie de chauffards. Les causes de ces accidents sont l’excès de vitesse, les dépassements dangereux et le non port du casque de protection ; plusieurs motards évitent de le porter, en dépit de son rôle indéniable dans leur protection du danger de la mort et enfin la consommation de la drogue et des psychotropes. En plus des accidents causés par ces fous de motos, des riverains en colère ont dénoncé les nuisances sonores nocturnes provoquées par les vrombissements de motos de grosses cylindrées. En effet, des dizaines de motards, ne portant ni casque ni tenue spéciale, ont convergé ce week-end d’Ain Turck vers les Andalouses pour se donner en spectacle, à travers des exhibitions dangereuses sur les routes et ce, en mettant en péril la vie des piétons et exposant les automobilistes à d’éventuels accidents. Affectée par ce phénomène qui semble, dès lors, devoir perdurer, car il cause la dégradation du cadre de vie des habitants de toute la corniche oranaise, l’Etat doit durcir le régime des peines à l’encontre de ces chauffards et mettre un terme à ce terrorisme routier.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En l’absence de contrôle et de l’application de la loi. Des cités neuves défigurées par des transformations anarchiques

La ville d’Oran a vécu ...

Environnement. Un minimum de discipline pour une ville propre

«La propreté fait partie intégrante ...

Nids-de-poule, affaissements, fosses… La voirie de tous les dangers

Le réseau routier d’une ville ...

Quartier de Choupot. Les rues Soufi Zoubida et Smain Med sombrent dans le désordre

A Hai Abdelmoumene (Ex-Choupôt), la ...

Drogue et psychotrope. Prévenir la consommation chez les jeunes

Le phénomène de la consommation ...