Accueil » ORAN » Corniche oranaise. L’anarchie règne sur les plages

Corniche oranaise. L’anarchie règne sur les plages

Les saisons se succèdent et se ressemblent. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la propreté fait grandement défaut à Aïn-Turck. Pourtant, c’était l’une des plus belles villes du littoral algérien. La saleté qui se conjugue avec l’anarchie qui y règne, arrange les choses, ce qui compromet, chaque saison, le séjour aux estivants. Nos plages ne sont malheureusement pas propres. En effet, malgré les campagnes de nettoyage menées au début de la saison estivale, au niveau des différentes plages de cette ville, la saleté a pris de l’ampleur, avons-nous constaté cette semaine ; on retrouve toutes formes de plastique: des bouteilles, des gobelets, des couches-bébés ainsi que des restes de nourriture…. qui sont éparpillés partout sur le sable. Cette pratique irresponsable et incivique ne date pas d’aujourd’hui, c’est une tradition chez certains citoyens. La saison estivale de cette année semble bel et bien ratée, nos plages laissent à désirer, le minimum de civisme est inexistant. Le déplacement effectué sur quelques plages de la corniche oranaise nous renseigne sur la réalité intrinsèque qui caractérise ces espaces censés être des havres de paix et de villégiature par excellence pour les estivants (éduqués) qui préfèrent passer leur saison estivale à savourer et apprécier la côte oranaise à travers ses plages. Le paradoxe est que tout le monde se complait dans cette espèce de situation qui est devenue presque  »normale ». À cette scène s’ajoute une autre plus lamentable et décevante encore : celle des eaux usées qui sortent de plusieurs endroits et qui vont derechef à la plage, sans que les baigneurs se soucient, et le plus beau dans tout ça, c’est que tout le monde se plait dans ce décor hideux. Autre bémol, les loueurs de parasols et autres chaises qui squattent les meilleures places et occupent des emplacements sans qu’ils fassent même l’effort de les nettoyer! Si leur activité doit se limiter à empocher de l’argent de la location, ça ne vaut pas le coup. Sur le plan urbanistique, les constructions anarchiques et les éternels chantiers n’ont fait qu’enfoncer le clou ; les constructeurs privés se font concurrence, à qui réussira à bâtir un immeuble plus haut pour avoir une terrasse avec vue sur mer. En un mot, avec la démission de certains responsables et élus à travers toutes les plages du pays, ces dernières se développent dans une innombrable anarchie.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée commémorative. 232 ème anniversaire de la libération de la ville d’Oran de la colonisation espagnole

La libération d’Oran en 1792 ...

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas ...

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...