Accueil » ORAN » Constructions illicites, squat de l’espace public et commerce informel. Le paysage urbanistique quotidiennement agressé

Constructions illicites, squat de l’espace public et commerce informel. Le paysage urbanistique quotidiennement agressé

La prolifération des constructions illicites, le retour en force du commerce informel et le squat de la voie publique, voilà trois dossiers où l’Etat doit prendre des mesures urgentes pour éradiquer ces fléaux de manière à les empêcher d’enlaidir le paysage urbanistique de nos villes. Plusieurs arrêtés de démolition de constructions illicites établies restent sans exécution et justement, la question que d’aucun se pose dans cette wilaya, est de savoir jusqu’où iront les autorités en particulier les élus du peuple dans cette opération de démolition? On laisse pourrir en encourageant ce genre de phénomène au niveau de toutes les communes de la wilaya d’Oran à savoir, Oran, Hassi Bounif, Arzew, Es Sénia, Ain Turck et autres, qui prend de l’ampleur chaque jour, et suivant la réglementation, il y a deux types de construction qui ne sont pas réglementés. On les appelle des constructions illicites, la première concerne les constructions qui n’ont pas de permis de construire. Toute construction édifiée sans le permis est considérée illicite et dans ce cas doit être démolie. Le deuxième cas se rapporte aux constructions non conformes aux normes approuvées dans le permis de construire. Dans ce cas, le permis de construire y est, mais il n’a pas été respecté. Il y avait plusieurs APC qui encourageaient ces constructions par leur silence ou autre car comment expliquer l’ampleur de ce phénomène? Vient ensuite, le commerce informel. Éradiquer pendant quelques moments, le commerce sauvage fait un retour en force dans toute la wilaya d’Oran, les grandes artères, rues, places, artères, rues sont submergées et cette situation est retenue à l’actif du manque de rigueur dans l’application des lois de la République dans cette wilaya où ni les autorités locales n’ont bougé le petit doigt pour mettre un terme à ce phénomène qui a ruralisé nos villes. Le wali d’Oran a, à maintes reprises, invité les élus et responsables à lutter contre ces fléaux pour la résorption immédiate de ce phénomène qui touche désormais l’écrasante majorité des communes de la wilaya, et ce, afin de le réorganiser dans un contexte moderne et légal. Enfin, les trottoirs rétrécissent dans la wilaya d’Oran comme une peau de chagrin. Les étals anarchiques prolifèrent au su et au vu de tout le monde et les commerçants envahissent presque tous les espaces publics. Des murettes au niveau de toutes les artères et ruelles de la cité que ces pseudos commerçants ont érigées de part et d’autre de leurs boutiques et magasins, bloquent le passage et perturbent la circulation routière et piétonne. Tant d’étalages de marchandises, loin d’embellir les artères, les enlaidissent et rebutent les piétons. Un phénomène qui s’est généralisé dans toutes les communes. Les trottoirs, en plus des chaussées, sont occupés illégalement par des commerçants de tous types de commerces.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mendicité. Un fléau incontrôlable

Ils sont pratiquement partout, certains ...

Lutte contre toute forme de gaspillage. La préservation de l’eau, l’affaire de tout le monde

L’eau étant considérée comme un ...

Environnement. A quand la fin des sachets en plastique?

Toutes les engagements et promesses ...

Environnement. La prolifération des insectes inquiète les Oranais

L’environnement et la santé dans ...

Quartier de Boulanger. «Plusieurs cas d’intoxication»

Plus d’une dizaine de personnes ...