Accueil » ORAN » Construction. Quand les chantiers squattent l’espace public!

Construction. Quand les chantiers squattent l’espace public!

Après s’être effrontément accaparés les trottoirs en y installant leurs étals, des promoteurs ont poussé l’outrecuidance jusqu’à s’approprier une bonne partie de la chaussée, dans la majorité des chantiers en cours. L’occupation provisoire de l’espace public pour déposer des matériaux de construction dure jusqu’à la fin du chantier. C’est-à-dire plusieurs mois et années comme le cas de l’avenue de l’ANP, près de la sûreté de wilaya.
Le phénomène récurrent qui ne cesse d’entraver la vie des citoyens d’Oran, n’est en fait que ce squat des trottoirs, mais cette fois-ci, ce n’est plus les trottoirs qui sont squattés mais bel et bien la chaussée et sur plusieurs mètres linéaires ; pour un chantier en cours de travaux d’une tour, d’après les dires, le trottoir a été tout bonnement clôturé plus une partie de la chaussée, au niveau du grand boulevard de l’ANP, à quelques mètres du siège de la sûreté de wilaya ; le chantier en question est source de plusieurs problèmes, à savoir le risque pour les piétons, le dépotoir d’ordures et détritus, la défiguration de l’esthétique de l’Avenue et enfin l’embouteillage créé par cette clôture de tous les dangers. Les piétons qui sont obligés de marcher sur la moitié de la chaussée avec les véhicules, car l’autre moitié est carrément squattée depuis des années. Ce projet a beaucoup traîné et est devenu encombrant; ce phénomène social qui a pris des proportions dangereuses. Dans toute la wilaya d’Oran, dans les chantiers de construction au niveau des quartiers, certains promoteurs ont carrément squatté et les trottoirs et la chaussée, faisant de ces espaces leurs propriétés privées. Ils déposent librement les matériaux de construction, engins, barricades sans être inquiétés par qui que ce soit. Le paysage urbain oranais change de mal en pis. Et l’inquiétant, c’est que cette laideur est généralisée. Que vous soyez dans un quartier résidentiel, quartier populaire ou même dans un douar, les chaussées et les trottoirs connaissent l’anarchie la plus totale. Ces pratiques nuisent considérablement à l’intérêt général

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Inondation à Belgaid. Irresponsabilité et incivisme citoyens

Les premières pluies qui se ...

Transport en commun. L’indispensable régulation

Tous les moyens de transport ...

Salles de cinéma détournées. Une enquête s’impose

Regrettable est l’état actuel des ...

Dégradation de l’environnement. Impact direct et négatif sur la société

La question environnementale est centrale ...

Habitat. Comment faire face aux constructions illicites?

Une habitation ou un logement ...