Accueil » ORAN » Consommation Ramadhan, le mois de tous les risques

Consommation Ramadhan, le mois de tous les risques

Les marchands malveillants de la viande rouge et blanche continuent à sévir même en ce mois de bonté et de spiritualité, en l’absence d’un contrôle rigoureux  »faute de moyens humains et matériels suffisants », crieront les consommateurs de toute la wilaya d’Oran. Bien que connaissant plus de regain pendant la période du ramadhan, l’abattage et la vente de la viande rouge et blanche est devenu une pratique courante à travers les nombreux marchés. Un nombre impressionnant d’unités avicoles ou de poulaillers ont vu le jour dans la wilaya d’Oran, la moitié d’entre eux ne sont pas déclarés. En effet, l’activité clandestine d’élevage et d’abattage de volaille a vite explosé ces derniers mois, au niveau des différentes communes de la wilaya dans des endroits discrets, hangars et autres locaux de fortune qui tiennent lieu d’élevage et d’abattoirs, poussent comme des champignons. Elevage clandestin, gavage en matière grasse, antibiotiques douteux, il ne faut pas se leurrer, la plupart de la viande rouge et blanche que nous consommons échappent aux contrôles, la viande et poulet vendus dans les marchés ne présentent pas d’étiquette portant les renseignements concernant l’abattoir à savoir nom, prénom et adresse, demeure malheureusement soumise à de multiples fraudes sur sa qualité et son prix. Certains opportunistes de tous bords n’hésitent pas à fourguer de la viande de basse qualité et surtout d’origine douteuse à des prix exorbitants. Certains préfèrent, pour un peu plus de profit, élire un étal en bordure de route ou au sein des marchés publics, ramenés directement des poulaillers dans un état de saleté lamentable et vendre cette variété de viande ou poulet sans le moindre moyen de conservation. Mais la propagation de ce phénomène est surtout dû aux citoyens qui préfèrent acheter. Les consommateurs ne s’en soucient pas outre mesure, pourvu qu’ils garnissent leur table avec de la viande ou du poulet, les services de la DCP qui sont sur le terrain ne peuvent contrôler tout le monde. C’est aux citoyens de demeurer vigilants. Même s’ils sont de plus en plus sensibilisés sur les dangers du marché informel et l’étalage en plein air, la majorité préfère s’approvisionner auprès de ces derniers plutôt que de devoir se déplacer ailleurs vers d’autres quartiers et d’autres marchés. C’est ce qui favorise l’abattage sauvage. Donc il vaut mieux acheter des produits chers et de qualité que des produits moins chers et douteux.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée commémorative. 232 ème anniversaire de la libération de la ville d’Oran de la colonisation espagnole

La libération d’Oran en 1792 ...

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas ...

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...