Accueil » CHRONIQUE » Consommateur consumé

Consommateur consumé

Avec des services de contrôle presque inefficaces, vis-à-vis de maints défis qui s’exposent constamment sur le parcours de la réalité quotidienne, concernant notamment le contrôle des produits de consommation périssables. Ajoutant à cela, un citoyen ne s’intéressant que très peu à la qualité de ce qu’il avale. Et, suite à ce fait regrettable, le citoyen tend à devenir un facteur destructif important contre lui-même. Sans, cette -laissons dire- conjuration, dont il est un co-auteur de premier plan, rien pourrait l’exposer à toute sorte de dangers, mettant ainsi sa vie et celles de ses proches dans une situation périlleuse. Le fait que l’Etat ait mis en place , selon les lois en vigueur, des services, des responsables et des agents dont la mission consiste, a priori, à réprimer toutes sortes de dépassements et de déviations pouvant mettre en péril la santé ou la vie d’un citoyen, cela ne va pas laisser croire que le citoyen n’est qu’un dindon de la farce ..Lorsqu’on observe dans des marchés publics la façon ou les conditions dont sont étalés quelques produits consommables, sans le moindre respect des mesures de protection et d’étalage.. Malgré cela, les citoyens, et Dieu seul le sait, combien sont nombreux qui ne trouvent aucun mal à s’offrir ces produits – en payant bien sûr – dont nul besoin de prouver par A plus B, qu’ils sont strictement impropres à la consommation. Le chaos qui règne dans le monde du commerce, ne se limite pas, non sans regret, au seul secteur du commerce.. Il fait ainsi partie intégrante d’un ordre national caractérisé par une absence flagrante de l’organisation et du coup, de l’Etat chargé constitutionnellement de faire régner l’ordre, le respect des lois et des règlements.. Ce qui se passe, est l’interprétation concrète de l’Etat.. Cette défaillance des Services de l’Etat serait parfaitement observable, dans une activité commerciale parallèle, ne s’inclinant devant personne, dans les hausses démesurées des prix et les pénuries récurrentes. Effectivement, le citoyen est inconscient donc, il aurait besoin que l’on lui fasse prendre conscience des dangers qui le guettent.. Cette vulgarisation de la conscience à l’endroit d’un citoyen inconscient, est également la mission de l’Etat qui possède des moyens énormes, afin de conscientiser ce citoyen laissé pour compte. Et, cette mission ne va pas contre l’ordre des missions intrinsèques de l’Etat vis-à-vis de ses citoyens … Peut-être, existeraient-ils – chez nous – ce genre de responsables croyant que le devoir politique d’un responsable va se limiter à importer du blé pour faire du pain et faire cesser ce citoyen de pleurnicher..

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Corruption: Quel rôle pour la société civile ?

La meilleure des définitions que ...

Le Ramadhan: Un mois très dur pour les ménages

Au moment où le mois ...

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...