Accueil » ORAN » Conditions climatiques et baisse de la demande. Les éleveurs du poulet sceptiques

Conditions climatiques et baisse de la demande. Les éleveurs du poulet sceptiques

Manifestement, l’instabilité des prix du poulet aura sans doute un impact négatif sur les producteurs qui tirent la sonnette d’alarme, avant que le pire ne prenne le dessus sur une situation ingérable. La bourse du poulet reste à la merci de la condition économique et parfois impactée par des agissements de quelques malfrats du commerce. En raison des pertes enregistrées, en cette période de froid et de tous les frais engendrés par l’usage important de l’électricité, les producteurs demandent à l’organisation du secteur et revoir des paramètres de production qui sont négligés. A vrai dire, la faiblesse de la production nationale a motivé la hausse des prix. D’ailleurs, le poulet a pris des ailes pour se faire encore désirer. En effet, les vendeurs craignent une autre hausse des prix qui sont déjà élevés. Il faut dire que les conditions de production restent ancestrales alors que la baisse de la température risque de faire plus de dégâts. Pour certains producteurs, les prix risquent de stagner à plus de 450 DA le kilo, tant que des efforts ne sont consentis pour améliorer les conditions de production et surtout le coût de l’élevage. Suivant des déclarations de petits éleveurs, les pertes sont énormes et sont estimées à des centaines de millions. Un constat qui motive les éleveurs qui existent dans la région à arrêter cette activité. Pour rappel, la production nationale souffre d’un déficit de 03 à 05 millions de poulets par mois. Les éleveurs craignent le pire et prévoient, d’ici le mois de mars qui coïncide avec l’avènement du mois sacré du Ramadhan où la demande augmente, une augmentation des prix. Enfin, il est utile de rappeler que les consommateurs ont commencé à bouder le produit tant que le prix ne soit pas accessible, ce qui risque de démotiver les éleveurs.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...

Hausse des prix des fruits et légumes à cause des fortes pluies. La banane est importée, pourquoi est-elle impactée?

Ces derniers jours, des averses ...