Accueil » CHRONIQUE » Concurrence constructive

Concurrence constructive

Depuis son accès en Algérie pour le grand public, il y a une vingtaine d’années de ça, l’exploitation commerciale du créneau de la téléphonie mobile a été confiée avec une égalité des chances, à trois opérateurs: Djezzy, Oredoo et Mobilis dont seule cette dernière est complètement propriété d’Algérie télécom. les deux autres, bien que des sociétés de droit algérien, elles sont le produit des partenariats et des investissements étrangers. Personnellement, j’en doute fort bien que si, par exemple, Mobilis avait exclusivement, le monopole de cette activité, la prestation de service de la téléphonie mobile n’aurait jamais été, avec ce niveau, généralement très acceptable …Je voudrai insinuer par là, que la concurrence qui est devenue de par le monde, un vecteur incontournable pour le développement et le perfectionnement de toute sorte d’industrie, était le facteur primordial pour atteindre cette bonne prestation, bien sûr avec les insuffisances que l’on pourrait y constater dans une telle situation. Ainsi, nous souhaitons que ce genre d’expérience pourrait être généralisé à d’autres activités de l’économie nationale …Pour la simple raison, que nous préférons que le partenariat étranger ne vient pas en Algérie pour s’introduire dans des activités douteuses avec des nationaux suspects, mais justement pour créer ce genre de climat de coopération constructive et pour que les Algériens apprennent de leurs partenaires étrangers un nouveau savoir-faire et acquérir des expériences et de techniques nouvelles.. Cela s’appellerait exploiter le partenariat avec un étranger, peut-être technologiquement, plus avancé, à bon escient et sans se laisser envahir ou se minimiser face à ce partenaire… L’option la meilleure, c’est quand tout le monde sortira gagnant de ce genre de partenariat: le Trésor public, l’administration d’Algérie Télecom, le citoyen algérien et enfin les compagnies d’exploitation de la téléphonie mobile, qu’elles soient nationales ou étrangères. Et même si un autre étranger ou un opérateur national privé qui émerge pour tenter sa chance dans ce domaine, il sera le bienvenu dans ce secteur encore en friche pour le privé algérien… Le boom de développement spectaculaire constaté en Occident, depuis environ deux siècles, n’est autre que la conséquence logique d’un système économique basé essentiellement, sur le principe de la concurrence honnête qui respecte des règles de jeu bien déterminées. Mais, cette concurrence économique ou technologique est tributaire de certaines conditions : entre autres, il faut qu’il y ait, d’abord, une stabilité politique, une transparence dans la gestion de la chose publique et un Etat de droit… maintenant, c’est le rôle du gouvernement de «la Nouvelle République» de penser à mettre en ouvre ces conditions de base… la concurrence viendrait toute seule..

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La France panique face à l’extrême droite

«On vit une période qui ...

Il ne reste plus rien à Ghaza !!

Il ne reste plus à ...

Est-il temps de réformer le Conseil de sécurité (ONU)?

A vrai dire, c’est tout ...

L’Aïd éclipse tous les autres sujets

C’est surtout.. Les prix du ...

BAC : Les épreuves de l’angoisse

C’est le passage obligé vers ...