Accueil » RÉGIONS » Commerce à Mostaganem. Racket du pesage électronique, un fâcheux sujet

Commerce à Mostaganem. Racket du pesage électronique, un fâcheux sujet

Aujourd’hui, nous nous rendons compte que le consommateur, dans notre wilaya comme ailleurs, est rançonné de toute part. En ce mois sacré du Ramadhan, en plus de la flambée des prix, le client lambda est bouleversé devant une balance de pesage électronique. On peut avancer que le consommateur est dépouillé à tous les niveaux. La cause, c’est que la grande majorité des balances électroniques échappent à tout contrôle. Partant de ce constat, on est allé interrogé M.Hicham Aniber, à Mostaganem, représentant de l’Association Nationale de la Protection des Consommateurs (APOCE) lequel nous assure que ce mode de pesage dans le commerce est une fâcheuse réalité. Selon lui, le problème tire son origine des balances électroniques importées qui sont non conformes à la réglementation car techniquement, les 90% ne disposent d’aucun signe de tarage. D’un autre côté il y a des balances qui n’affichent le poids et le prix que sur la face du vendeur et ce n’est pas légal, ajoutera l’interlocuteur. Dans les marchés des fruits et légumes, dans les souks et là où il y a activité commerciale, la balance électronique  »fraude » involontairement peut être mais saigne le porte-monnaie du consommateur. Là où c’est le plus sensible, c’est chez les bijoutiers car le grammage peut être faussé si la balance électronique du marchand d’or n’est pas tarée tous les six mois et sur cela, conclura M.H.Aniber, il a des doutes. De poursuivre:  »Il est malheureux que de constater que grand nombre de commerçants de Mostaganem, chef-lieu, ou ailleurs dans les daïras, ignorent l’existence de l’Office National de Métrologie Légale. Par conséquent, la situation du pesage reste un énigme ou plutôt un problème du droit du consommateur pour lequel l’APOCE n’arrête pas de remettre sur la table à chaque occasion. Pour rappel, il fut une époque où la balance traditionnelle était définie comme un instrument de pesage à fonctionnement non automatique. Dans l’acte d’achat et de vente, elle mesure la force générée par l’objet soumis à l’action de la pesanteur qui est déposé sur son plateau. Grâce à des mesures de poids métalliques, on pesait les produits jusqu’à équilibre parfait de la balance. Dans certaines épiceries, on a aussi utilisé les balances à aiguille à hauteur d’un kilogramme affiché sur 1.000 grammes. Et pour plus, on le faisait avec des mesures en poids en fer ou avec celles du cuivre. Ces balances utilisées dans le commerce étaient, bien entendu, soumises à un contrôle périodique par les services de métrologie appartenant à l’ONMEL contrôle et s’exerçait par des opérations de vérification des appareils de pesage et de mesure. Afin de préserver le droit du consommateur, jadis ces opérations revêtaient une grande importance en vue du contrôle de tous les instruments de mesure traditionnels utilisés dans la vie quotidienne. De ce fait, tous les commerçants enregistrés auprès du centre de l’administration du registre du commerce (CNRC) sont astreints à cette mesure de vérification comme stipulé par la réglementation, notamment l’article 17 du décret 538/91 du 25 décembre 1991. Il y a lieu de signaler qu’à Mostaganem l’absence de plaintes, l’indifférence des organismes de contrôle encouragent les comportements frauduleux. C’est ainsi que le racket des balances électronique reste un fâcheux sujet. Cependant, il reste que l’étique commerciale est une pratique à enseigner aux vendeurs même si ces derniers fréquentent assidûment les mosquées.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Coopération à Mostaganem. Partenariats obsolètes et conventions fantaisistes

A Mostaganem, comme partout ailleurs, ...

Circulation routière à Mostaganem. Ville congestionnée attend mesures adaptées

Ces dix derniers jours du ...

Agriculture à Mostaganem. Le wali supervise les récoltes primaires de la pomme de terre

Le chef de l’Exécutif a ...

Le président du CSJ à Tissemsilt. L’initiative «Bravo aux jeunes» vise à ancrer les valeurs de solidarité

Le président du Conseil supérieur ...

Entrepôt sous douane Mostaganem. Un levier absolu pour la dynamique économique

Insuffler la dynamique économique nationale ...