Accueil » MONDE » Colombie. Des manifestations font au moins 13 morts à Cali

Colombie. Des manifestations font au moins 13 morts à Cali

Les manifestations contre la politique du gouvernement en Colombie continuent de générer une extrême violence. L’armée colombienne, obéissant à l’ordre du président Ivan Duque, a donc commencé samedi à déployer un millier de soldats à Cali, ville de 2,2 millions d’habitants et épicentre de la contestation, où au moins treize personnes ont été tuées la veille. Les rues de la troisième ville du pays étaient presque désertes samedi, au lendemain d’affrontements entre des manifestants, des policiers et des civils armés. Sur l’ensemble des morts, au moins huit personnes ont succombé à des tirs d’arme à feu, a indiqué la police. Ces violences interviennent un mois exactement après le soulèvement du 28 avril contre un projet de réforme fiscale, vite abandonné, porté par le président de droite Ivan Duque, qui visait à augmenter la TVA et à élargir la base de l’impôt sur le revenu. En un mois de soulèvement populaire, au moins 59 morts, dont deux policiers, ont été enregistrés dans le pays, selon un décompte officiel. Quelque 2.300 personnes ont été blessées et 123 sont portées disparues. Human Rights Watch évoque jusqu’à 63 morts. Depuis un mois, le scénario est presque toujours le même : le jour, les manifestations sont pacifiques et créatives, la nuit la rébellion se transforme en émeutes où mortiers d’artifice et cocktails Molotov se mélangent aux tirs à balles réelles. Cette révolte sans précédent secoue les grandes villes, où sont érigées des barricades et où les blocages d’axes routiers provoquent des pénuries. Le gouvernement, malgré des médiateurs chargés de négocier avec le Comité national de grève, est incapable de désactiver une crise qui, pour l’instant, ne menace pas de le renverser. Cette crise soudaine a surtout révélé la sourde colère d’une jeunesse politisée, appauvrie par la pandémie, qui ne veut plus se taire. Pendant un demi-siècle, le conflit avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) a occulté une réalité devenue trop criante: selon la Banque mondiale, la Colombie se classe parmi les pays les plus inégalitaires en termes de revenus et possède le marché du travail le plus informel d’Amérique latine. En 2019 déjà, un an après l’élection d’Ivan Duque, les étudiants étaient descendus dans la rue pour réclamer un enseignement public meilleur et gratuit, des emplois, un Etat et une société plus solidaires. La pandémie a éteint la mobilisation en 2020 sans que le chef de l’Etat de 42 ans ne fasse de trop grandes concessions. Le retour de bâton est donc d’autant plus fort, avec une pauvreté qui s’est accélérée pour atteindre 42,5% des 50 millions d’habitants.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19 en Chine. Protestations contre la politique «zéro cas»

La colère monte en Chine, ...

Migrations. Les 27 décident d’un plan d’urgence

Ne «pas reproduire »la crise franco-italienne ...

Royaume-Uni. La grève des infirmières symptomatique d’un système de santé à genoux

Des délais d’attente de traitements ...

COVID-19 en Chine. Confinement autour d’iPhone city

Le confinement survient après de ...

Un colonel des Gardiens de la révolution iraniens assassiné à Damas. Téhéran accuse Israël

Un colonel des Gardiens de ...