Accueil » ACTUALITE » Clôture de la session parlementaire. Benabderrahmane ne présente pas son plan d’action

Clôture de la session parlementaire. Benabderrahmane ne présente pas son plan d’action

Cette clôture de la session parlementaire intervient dans un contexte particulier. Celui-ci est émaillé par une recrudescence de la Pandémie qui fait des ravages, faut le signaler, en absence de logistiques tels les concentrateurs de l’oxygène et l’entêtement voir l’inconscience des citoyens récalcitrants pour se faire vacciner. Face à cette situation sanitaire alarmante marquée par une hausse des contaminations et des décès, les deux chambres parlementaires n’ont pas d’autres choix que de déclarer forfait. Ils ont baissé le rideau, confinement oblige. On aurait souhaité, par contre, que ce nouveau Parlement puisse tabler dans sa feuille de route sur la présentation par le nouveau premier ministre, Aymen Benabderrahman, installe le 07 juillet dernier, et aussi argentier du pays de son plan d’action. La donne ne favorise pas cette exigence de l’heure. Cet aspect est primordial après le renouvellement des structures, en dépit du recul de la clôture de cette session parlementaire prévue après l’installation de ces nouveaux élus du dernier scrutin législatif anticipé du 12 juin dernier. Celui-ci, pour rappel, et en dépit du taux de participation, patron faible qui est de 23%, a consacré la suprématie du doyen des partis à la surprise de tous les Algériens et le triomphe annoncé des indépendantistes, dont le nouveau président de cette Assemblée Nationale. C’est une longue prestation de circonstances qui a marqué la clôture de la session ordinaire des deux chambres parlementaires où Ibrahim Boughali a tenu à marquer, à travers un long discours ponctué de qualificatifs tels Challenge, défis, ennemis et détracteurs de l’Algérie, et la volonté politique de faire face aux préoccupations des citoyens. Néanmoins, l’orateur a surtout focalisé dans cette logique, lors de son intervention devant les nouveaux hôtes de l’hémicycle de Zirout Youcef, sur le côté diplomatie algérienne et ses positions politiques et relations bilatérales, par réitérer la position du pays devant certaines causes nobles tels le conflit sahraoui et la cause palestinienne. Le nouveau président de l’Assemblée Nationale, contrairement à Salah Goudjil président de la chambre haute, a plutôt versé dans un long discours, plus précisément un long réquisitoire contre le voisin marocain et le dernier scénario d’espionnage envers l’Algérie. C’est le premier discours de Brahim Boughali depuis son intronisation à la tête de cette institution, qui a renouvelé ses structures, pour clôturer cette session ordinaire de la chambre basse. La cérémonie de clôture s’est déroulée conformément à l’Article 2 du règlement intérieur de cette institution et les orientations protocolaires. Ce qu’il faut retenir de cette prestation devant les nouveaux parlementaires du nouveau président du Parlement, est l’absence de cohérence devant les revendications sociales en cette période de grande crise qui fait chaque jour son lot de décès devant un quotidien morose marqué par une crise multidimensionnelle.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Conférence de presse du président du CNPC. Plaidoyer pour la réussite du plan de relance économique

La CNPC se félicite de ...

Tourisme. Naissance de la fédération nationale des opérateurs

Les professionnels du tourisme se ...

Relance économique. Le Patronat plaide pour un nouveau code d’investissement

Le Patronat vient de saluer ...

Disparition de 11 harragas de Sidi Fredj. Le vendeur de la barque défectueuse interpellé

La première opération d’investigation des ...

«Corruption, dilapidation de deniers publics, octroi d’indus privilèges et abus de fonction». 08 ans de prison requis contre l’ex-ministre Houda Feraoun

Le procureur de la République ...