Accueil » RÉGIONS » Climat des affaires. La peur des poursuites judiciaires paralyse l’investissement

Climat des affaires. La peur des poursuites judiciaires paralyse l’investissement

Le climat des affaires dans notre wilaya a enregistré, ces deux dernières années, un recul de la cadence des investissements qui s’est traduit par la réticence et l’incertitude des investisseurs à entreprendre des projets, à cause des lenteurs et quelques fois par du simple blocage dans le traitement des dossiers relatifs à l’investissement local. A Mostaganem, de nombreux projets sont gelés, d’autres non exploités malgré leur finalisation, et ce, à cause de plusieurs facteurs liés notamment aux procédures du permis de construire, de conformité et autres autorisations d’exploitation prévues par la réglementation. D’autres investisseurs dans le domaine de l’industrie ont vu leurs projets bloqués par la peur de poursuites judiciaires de certains responsables concernés par les dossiers d’investissement. Des documents non signés, des projets freinés, des ouvriers renvoyés, du recrutement ajourné, des accords de partenariat avec des étrangers résiliés, du financement bancaire escamoté sans parler des dégâts collatéraux. Pourtant, l’instruction présidentielle atteste qu’ il est plus qu’indispensable de veiller à faire la distinction entre les actes de gestion qui entrent dans la case de la mauvaise appréciation et ceux qui découlent de malversations intentionnelles visant à servir des intérêts personnels ».  » Si le responsable signataire de l’autorisation, des membres de sa famille ou ses amis, ne tirent aucun profit de l’acte de gestion objet de criminalisation, cet acte ne doit être traité que dans le cadre de la faute administrative et ne peut être puni qu’en tant que tel », conclut l’instruction. L’autre point noir qui découle d’une telle situation c’est le spectre du chômage. A Mostaganem, on est déjà étranglés par la masse des sans-emplois. Les statistiques du chômage, même si elles ne sont pas divulguées, sont alarmistes. Beaucoup d’investisseurs bloqués dans leurs élans ont renoncé à investir dans la wilaya. Ce type de comportement qui consiste à feindre la peur pour bloquer des projets prometteurs, non seulement pour l’économie locale mais aussi nationale, a généré à Mostaganem un climat plus que morose dans le monde des affaires. Les conséquences du  »tout-répressif » ont pesé lourdement, immobilisant l’activité industrielle et entrepreneuriale. Une situation intenable qui ne cesse de décourager les investisseurs. Aussi, il faut souligner qu’à cause d’un tel comportement, ces derniers ne se bousculent par aux portes de la wilaya. A Mostaganem, on a créé une cellule d’écoute pour les investisseurs lesquels se rendaient chaque mercredi pour plaider leurs sorts …mais c’est du pur cinéma car la situation du blocage dure et persiste mettant l’investissement dans l’impasse. Aujourd’hui et au vu de la conjoncture socio-économique de Mostaganem, on ne peut guère se permettre un tel blocage. Un responsable qui n’a jamais mis sa main dans la poche des autres, devra être à la hauteur de ses responsabilités car c’est pour cela qu’il occupe le poste.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tourisme à Mostaganem. Les préparatifs de la saison estivale optimisés au maximum

Lors d’un conférence de presse ...

Mostaganem. Le wali met le cap sur la saison estivale

L’un des défis majeurs à ...

Mostaganem. Dr Mohamed Merouani, nouveau commissaire du festival national du «Melhoun»

A l’occasion de la célébration ...

Université « Abdelhamid Ibn Badis » de Mostaganem. Colloque à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement

A l’occasion de la Journée ...

Hôtel IBIS de Mostaganem. Un projet toujours pas concrétisé

La stratégie de l’investissement dans ...