Accueil » ORAN » Cités urbaines. Squat des parties communes des bâtiments

Cités urbaines. Squat des parties communes des bâtiments

Présente dans de nombreuses copropriétés, les parties communes à jouissance privative sont une source inépuisable de contentieux. Il faut dire que leur caractère hybride, à cheval entre le privé et le collectif, apparaît comme une des curiosités de la copropriété. Comment une partie commune d’un immeuble, qui, par définition, appartient indivisément à tous les locataires ou copropriétaires peut-elle en même temps constituer un espace privé pour l’un d’entre eux. Il est très difficile de donner une identité à nos cités urbaines, tellement les activités qui s’y déroulent émargent dans le registre de la ruralité. La ruralisation du centre urbain se poursuit dans une cité élue capitale de la méditerranée. Les nouvelles cités à l’est d’Oran ont du mal à s’arrimer à la modernité et aux normes environnementales. Tout se passe comme si les citadins transportaient leurs bidonvilles dans les villes. Des constructions illicites sur les terrasses des immeubles, des caves transformées en logements et bien d’autres aberrations. Au niveau de Haï Yasmine (1), des familles squattent les dépendances collectives allant parfois jusqu’à y élever des abris de fortune. Tout en soutenant que ce type de squat est en constante croissance. En effet, le squat des parties communes des immeubles ne cesse de prendre de l’ampleur devant le silence des responsables locaux. Il y a plusieurs années, l’OPGI avait recensé plus de 800 caves squattées. Or, toutes les lois interdisent pourtant les constructions illicites dans les cités, tout comme elles interdisent les squats opérés au nom de la sempiternelle problématique du logement. La copropriété est la situation juridique d’un immeuble bâti ou d’un groupe d’immeubles bâtis dans la propriété est répartie entre plusieurs personnes, par lots comprenant chacun une partie privative ou une quote-part dans les parties communes, selon l’article 743 de l’ordonnance N° 75/58 du droit algériena sur la copropriété.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée commémorative. 232 ème anniversaire de la libération de la ville d’Oran de la colonisation espagnole

La libération d’Oran en 1792 ...

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas ...

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...