Accueil » RÉGIONS » Circulation routière. Les motocyclistes zappent carrément le code de la route

Circulation routière. Les motocyclistes zappent carrément le code de la route

A Mostaganem, il y a toujours eu des phénomènes souvent inexplicables mais le plus récurrent c’est celui des conducteurs des deux roues. Les motocyclistes, assez visibles en période de beau temps, sillonnent les artères de la ville terrorisant souvent les autres usagers de la voirie par des agissements périlleux. Des motos, il y en a de toutes les catégories. Celles de catégorie A d’une cylindrée comprise entre 50 et 80Cc (Cm3) sont soumises au permis de conduire avec la catégorie A1. Le A2 concerne les motards qui conduisent les motocycles de catégorie B d’une cylindrée comprise entre 80 et 400 Cc, et la catégorie C de plus de 4. Le reste soit celles dont la cylindrée n’excédant pas 50 Cc n’ont pas besoin de permis de conduire. Sachant cela, nous soulignerons que le domaine des deux roues est une jungle jamais débroussaillée. Le manque de contrôle a impulsé le désordre dans la circulation routière en ville comme en rase campagne. Ce qui est désolant c’est qu’une majorité de motards ne respectent pas le code de la route. Beaucoup grillent les feux rouges, roulent en sens interdit, roulent sur les trottoirs, ne portent jamais de casques, certains roulent la nuit sans feux même sur les double voies et les voies rapides, embarquent des enfants des fois jusqu’à trois, sans oublier les nuisibilités sonores qui, en saison estivale, empoisonnent la vie des riverains. Aujourd’hui, ce fléau, c’est comme ça qu’il faut l’appeler, s’est proliféré à Mostaganem. Ces individus commettent des délits, car ne pas respecter le code de la route est un délit manifeste. Tout porte à croire que ces gens semblent être convaincus qu’ils ne sont pas concernés par le code de la route. Ce qui est étrange et tout le monde l’a déjà remarqué, aucune infraction commise par un motocycliste n’est pénalisée par ceux qui doivent veiller à l’ordre public. Griller un stop ou griller un feu rouge par un motard paraît ne pas être une infraction alors que ce comportement peut provoquer inévitablement des accidents. Aujourd’hui, tous les moyens existent pour que l’autorité des pouvoirs soit rétablie en commençant par l’application de la loi pour motards et pour les automobilistes. Pourquoi aux automobilistes on leur exige de respecter scrupuleusement le code de la route et pas les motocyclistes? Cela reste quand même inexplicable. Si nous comptabilisons le nombre d’accidents nous constaterons que les motos s’impliquent d’avantage dans la tragédie routière. Un tel comportement non pénalisé portera sans nul doute des préjudices irréparable.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Rencontre régionale sur l’APPI à Mostaganem. Pour consolider l’investissement

«Plus d’attractivité pour une meilleure ...

Séminaire national à Mostaganem sur la céréaliculture en Algérie. Les experts s’expriment sur l’avenir de la filière

A l’hôtel  »Ezouhour », dans la ...

Mostaganem. Journée internationale des personnes aux besoins spécifiques

Depuis 1992, cette Journée est ...

Boulangeries à Mostaganem. Le pain brioché pour rançonner le consommateur

Dans leur majorité, les boulangers ...

Mostaganem. L’espace urbain chasse-gardée du commerce informel

Dans le contexte de l’urbanisation ...