Accueil » ORAN » Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont souffre la ville d’Oran, est sans doute celui de la circulation et du transport public. Certes, le transport urbain est l’un des multiples services indispensables au bien-être de l’homme moderne mais la ville d’Oran, bien loin d’échapper à ce tourbillon de par son histoire et son statut de métropole régionale, est le lieu de prédilection de cette mobilité nécessaire à toute vie économique, sociale et urbaine. A Oran, cette deuxième wilaya du pays, le problème de transport en commun est devenu un vrai casse-tête chinois en matière de qualité du service, de moyens roulants mis en circulation et en répartition et gestion des dessertes. Autant de problèmes qu’il faut traiter dans les meilleurs délais. Le transport, premier secteur libéralisé, a connu en fait à Oran une certaine amélioration du fait de l’accroissement considérable de son parc roulant. Cependant, la médiocrité continue de s’affirmer, conséquence de la vétusté des bus de transport. Aujourd’hui, la majorité des Oranais sont convaincus que le transport à Oran est devenu synonyme de misère, surcharge imposée, manque d’hygiène et non respect des arrêts de bus. Certains chauffards s’octroient la priorité à leur guise, effectuant des dépassements en plein centre-ville, provoquant ainsi de grosses frayeurs sur leur passage et parfois des drames irréparables. La majorité des chauffards motivés par la logique du gain facile, mènent une concurrence déloyale pour terminer la journée avec une recette conséquente; hélas, aucune initiative courageuse n’a été prise pour réguler un secteur clochardisé. L’organe de discipline et de contrôle est-il incapable de gérer la situation, tant le marché de transport est fragmenté et atomisé! Pour ce qui est de la circulation, le réseau routier de la ville et toute la wilaya ne s’y prêtait et ne s’y prête pas et la mise en circulation de milliers de véhicules de tout tonnage a compliqué davantage la situation en termes de circulation et de fluidité, surtout dans les grands axes. La gestion du trafic routier relève de l’impossible. En l’absence d’un plan de circulation adéquat et propre à la ville d’Oran, en pleine expansion démographique et urbanistique, la circulation est devenue un vrai casse-tête et les nerfs des automobilistes et des agents de l’ordre, chargés de la circulation, sont mis à rude épreuve chaque jour à cause d’interminables bouchons.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Lutte contre toute forme de gaspillage. La préservation de l’eau, l’affaire de tout le monde

L’eau étant considérée comme un ...

Environnement. A quand la fin des sachets en plastique?

Toutes les engagements et promesses ...

Environnement. La prolifération des insectes inquiète les Oranais

L’environnement et la santé dans ...

Quartier de Boulanger. «Plusieurs cas d’intoxication»

Plus d’une dizaine de personnes ...

Habitat. Des immeubles menaçant ruine squattés

Certains bénéficiaires de logement sociaux ...