Accueil » RÉGIONS » Circulation routière à Mostaganem. Les bilans du massacre routier sont terrifiants

Circulation routière à Mostaganem. Les bilans du massacre routier sont terrifiants

Les accidents meurtriers de la route s’accentuent et font des victimes au quotidien. Des morts qu’on ne compte plus d’accidents de circulation ne s’arrêtent pas à Mostaganem. Toutes les routes tuent autant la nationale, la départementale que le reste. Les week-ends font davantage de victimes d’accidents de la circulation. Trois morts d’une même famille et quatre blessés cette fin de semaine sur la RN A17 dans une collision frontale entre un véhicule léger et un camion poids lourd. Le bilan est terrifiant. Se déplacer, cet été, devient un réel péril. A Mostaganem, particulièrement, parce qu’en cette saison estivale, le parc automobile s’est quadruplé avec les estivants qui viennent en masse y séjourner. Un trafic automobile intense, très intense même car toutes les routes sont engorgées.
A longueur de journée, les routes côtières sont davantage encombrées. A Mostaganem on y vient même de très loin et ceci est visible par les immatriculations qui vont du 01 au 58. Nonobstant, faut-il le signaler, les préparatifs de la saison estivale à Mostaganem n’ont probablement pas mis les mécanismes de prévention au vert même si les prévisions de la venue en masse des touristes étaient à l’ordre du jour. L’été post pandémique en est la cause de vouloir changer d’air. Sur les routes, ce qui craint le plus c’est le comportement des conducteurs qui en général est la cause des morts. Chez nous, l’homme est la cause principale de ce fléau, par son comportement non respectueux du code de la route et par sa nature imprévisible. Sur nos routes, on observe de tout temps une circulation agressive en intra-muros comme en ras campagne. Ceci est aussi issu d’une conduite irresponsable. La vitesse non contrôlée est aussi une raison qui fait que les routes deviennent des cimetières. En été, les jeunes à l’esprit fêtard excèdent dans leur comportement sur les routes et font des malheurs. Beaucoup de chauffeurs, d’Oran, de Mascara et de Relizane, voulant rentrer chez eux après une journée de plage, se précipitent sur les sorties. L’état des véhicules pourrait aussi causer l’irréparable. A Mostaganem ces jours-ci, des centaines de bus sillonnent les routes des plages, pleins à craquer d’estivants, pour un week-end, font la terreur. Ils s’arrêtent en ligne sur les côtés négligeant le code de la route. Les engins, tracteurs, chariots élévateurs, chargeurs et autres, circulent sur les voies rapides sans se soucier du danger. Les motocyclistes eux aussi, souvent en bande, zappent carrément le code. Sur certains points beaucoup de riverains, voulant atteindre l’échangeur, roulent à contre sens des voies rapides. Une autre raison, ce sont les points noirs du trafic automobile, même signalés ne sont jamais traités. Mais les autorités doivent, pour atténuer les risques doubler de vigilance, accroître les campagnes de sensibilisation et surtout revoir les plans de circulation sur tout le territoire de la wilaya. Sans cela, l’hécatombe continuera de plus belle et les dégâts ne se comptent plus.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Investissements à Mostaganem L’opération d’assainissement du foncier industriel touche 85 concessions

La stratégie de l’investissement a ...

Agriculture à Mostaganem. Le label une franche valeur ajoutée à l’export

La 2ème journée du Salon ...

Mostaganem. Le Plateau Marine est aussi une zone d’ombre… urbaine

Le Plateau Marine, un quartier ...

Traditions de Mostaganem. Les «Mellayates» et la fontaine publique, tout un mode de vie

A Mostaganem, pour les besoins ...

Radio Mostaganem. Le directeur plaide pour une radio citoyenne performante

La Radio Régionale de Mostaganem ...