Accueil » ACTUALITE » Cinq stations seront lancées courant 2024. Nouveau plan de dessalement en vue

Cinq stations seront lancées courant 2024. Nouveau plan de dessalement en vue

Afin de garantir en permanence la disponibilité de la ressource hydrique aux algériens et parallèlement faire face aux besoins de consommation durant les saisons estivales et les aléas d’un stress hydrique, le gouvernement s’attelle à renforcer les capacités de production de l’eau de consommation à partir du dessalement de l’eau. Actuellement le pays fonctionne avec pas moins de 12 stations de dessalement dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de dessalement dès les années 2000. Seulement voilà, ces stations de dessalement qui demandent de l’énergie électrique, seraient loin de répondre aux besoins réels de la population algérienne. Les objectifs tracés sont d’arriver à couvrir au moins 60 % des besoins d’ici 2030 étant donné que les capacités des nappes phréatiques sont aujourd’hui dépassées et surexploitées de l’avis des spécialistes du secteur des Ressources en eau en Algérie. Il est pour autant vrai que les volumes de production actuels suffisent à couvrir les besoins mais sait-on jamais avec les risques de sécheresse, le stress hydrique qui planent sur la planète en plus du phénomène de la démographie qui suppose d’année en année une couverture assurée de besoins des algériens en eau saine de qualité. A cet effet, le gouvernement nourrit l’ambition de se mettre à l’abri. Il envisage de créer 5 nouvelles stations de dessalement en Algérie. Pour cela, une agence indépendante a été créée en mars et a pour principales missions de renforcer la production de l’eau potable en provenance du dessalement d’éviter d’être confrontés au risque de stress hydrique. Les responsables du secteur sont optimistes malgré certains retards constatés dans certaines wilayas comme Oran ou faut-il le rappeler, le projet de station de cap Blanc à Boutlélis sur lequel cette wilaya fonde des espoirs, avait connu un retard considérable avant que sa gestion ne soit confiée à Sonatrach, a-t-on appris récemment d’un responsable local du secteur. Dans l’optique de faire face aussi à d’éventuels retards d’engagement des entreprises de réalisation pour cause de formalités administratives ou de choix de terrain, le gouvernement a l’intention de « dispatcher » les projets de dessalement sur tout le territoire algérien .« Le besoin national en eau potable est estimé à 3,4 milliards de m3, qui est une quantité déjà assurée. Si l’on ajoute les 1,5 milliard de m3 par jour produits par les 5 stations de dessalement de l’eau de mer qui vont être lancées d’ici la fin de l’année 2024, nous allons pouvoir couvrir la totalité des besoins des citoyens en eau potable ». C’est ce qu’a révélé, hier mercredi, Mohamed Deramchi, Directeur général de l’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau (AGIRE) lors de son passage à l’émission «L’invité de la Rédaction» de la Chaîne 3 de la Radio Algérienne. Selon lui, ce plan de dessalement de l’eau de mer intervient pour parer au stress hydrique qui se poursuit depuis au moins quatre ans déjà. «Depuis quatre ans, nos barrages qui ont une capacité entre 8 milliards de m3 et 10 milliards de m3 n’ont pu cumuler moins de la moitié. Ce qui veut dire que le déficit continue de s’accentuer», regrette le DG de l’AGIRE qui rassure toutefois, que : «pour la période estivale, les quantités disponibles sont maîtrisées et peuvent subvenir aux besoins des citoyens pendant cette période». «Notre secteur de l’hydraulique a un plan d’intervention de telle sorte que les volumes qui sont emmagasinés arriveront à répondre au besoin en eau en période estivale», soutient M. Deramchi. L’invité de la Radio espère, par ailleurs, qu’il y aura des pluies courant l’automne prochain pour parer à cette situation de stress hydrique, appelant les citoyens à «participer à la préservation de la ressource en eau, en investissant dans des citernes d’eau et en adoptant des gestes responsables».

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La pionnière du syndicalisme féminin oranais Keltoum Abderahmane n’est plus. Décédée le jour de la création de l’UGTA

Un pilier du militantisme et ...

Resserrement des rangs pour l’édification de l’Algérie nouvelle. Le discours optimiste de Tebboune

Comment édifier une Algérie nouvelle ...

Main d’œuvre de la formation professionnelle dans le secteur industriel et les entreprises. Taux d’intégration: plus de 60%

Le secteur de la formation ...

Projet de réalisation d’une zone franche et d’une route Tindouf-Zouerate. Algérie-Mauritanie: Nouvelle étape historique

L’Algérie tient à renforcer sa ...

Etude de réhabilitation du Marché de la Bastille. Un projet estimé à plus de 60 milliards de centimes

Le marché populaire des fruits, ...