Accueil » RÉGIONS » Chetouane (Tlemcen). Chiens errants, ordures, incendies et délinquance

Chetouane (Tlemcen). Chiens errants, ordures, incendies et délinquance

Par M. DEGUI
La dégradation effrénée de l’environnement et du cadre de vie des citoyens de la daïra de Chetouane prend de l’ampleur et devient alarmante. A commencer par la spectaculaire prolifération d’animaux errants, notamment les meutes de chiens qui infestent la totalité des milieux urbains, avec une remarquable concentration au niveau des chefs-lieux de toutes les communes et de l’ensemble des centres urbains et autres périphéries. La raison étant l’arrêt des campagnes d’abattage depuis plusieurs années. Cela s’explique aussi par l’augmentation des dépotoirs sauvages à l’intérieur et autour des cités, aggravée par le dysfonctionnement des rotations d’enlèvement d’ordures, en plus de l’incivisme des citadins qui jettent leurs déchets n’importe où. Des amoncellements de déchets où ces animaux trouvent leur pitance qu’ils disputent aux chiens domestiques. Des batailles rangées sont alors livrées dès la tombée de la nuit. Il y a lieu de signaler que la majorité des importants centres urbains à travers la région sont étroitement ceinturés par une forêt vierge. Ce hideux décor est aggravé par les herbes sauvages, qui envahissent le moindre espace nu, sous forme de tapis épais où reptiles et parasites trouvent refuge pour ensuite infester les habitations. Notons qu’aucune commune n’a entrepris de campagne de nettoyage ou de démoustication, ces derniers temps. Ces hautes herbes où pullulent toutes sortes de reptiles et insectes, constituent une sérieuse menace de départs d’incendie, qui ne sont pas sans danger, notamment depuis que la région est couverte à plus de 90 % par les réseaux souterrains de distribution de gaz de ville. La dégradation du cadre de vie des citoyens ne s’arrête malheureusement pas là. La consommation d’alcool et de drogue. Ses retombées dont les agressions, les vols, le tapage nocturne, les emballages laissés sur les lieux de beuverie, ne sont pas négligeables. Les pouvoirs publics et ceux qui s’autoproclament représentants de la société civile, sans oublier le mouvement associatif, sont de ce fait interpellés. Il n’en demeure pas moins que ce qui inquiète au plus haut degré, c’est le fait que ces fléaux sociaux qui frappent de plein fouet toute la région, commencent à se banaliser, en l’absence de campagnes de sensibilisation et de lutte contre la délinquance.

À propos degui mohamed

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ligue des jeux d’échecs de la wilaya de Tlemcen. Boudia Mohamed Amine reconduit

Après la tenue de l’assemblée ...

Tlemcen. Campagne de nettoyage à Oujlida

Les habitants de la cité ...

Tizi, dans la commune d’Ain Fezza (Tlemcen). Un village totalement oublié

Excepté l’eau et l’électricité, le ...

Oued Lakhdar (Tlemcen). L’insécurité inquiète

La population de Oued Lakhdar ...

Chabab Riadi de Benbadis. Un stage bénéfique sur tous les plans

Le CRB Benbadis a achevé ...

%d blogueurs aiment cette page :