Accueil » ORAN » Certains d’entre sont candidats à une réélection. Quel bilan pour les élus des assemblées locales?

Certains d’entre sont candidats à une réélection. Quel bilan pour les élus des assemblées locales?

Est-ce qu’il existe une loi qui contraint un élu à présenter son bilan avant sa candidature à une réélection? Pour les spécialistes, «c’est l’éthique mandante qui plaide en faveur de la présentation d’un bilan de gestion d’une assemblée élue à quelques semaines seulement de la fin de mandat» dans la mesure où les élus ont prêté serment durant leur installation et se sont engagés devant les citoyens pour régler leurs préoccupations majeures. Pour certains, il est certain que le dernier mandat des assemblées communales et de l’APW, celui de 2017, dominé par les élus de l’ex-parti unique et du rassemblement, a inextricablement l’apparence de s’achever avec un goût d’inachevé en raison des contestations populaires et des effets de la crise sanitaire. Un mandat au fait marqué par la certitude que c’est à la Chefferie locale, représentée par le wali, que revient le mérite de continuer l’effort de développement, particulièrement en ce qui concerne l’attribution des logements et ce, malgré une conjoncture économique peu enviable de réduction des budgets communaux et d’optimisation de la dépense publique suite à l’effondrement des cours du pétrole. Fortement impacté par le Covid, durant les exercices 2020 et 2021, les bilans de plusieurs communes de la wilaya d’Oran paraissent plutôt mitigés de l’avis des mouvements associatifs et des citoyens eux-mêmes, en ce sens que c’est durant les deux premières années de ce mandat (de 2018 à 2019) que plusieurs communes ont connu des blocages et leurs maires traduits à la barre. Un mandat marqué aussi par la réduction de certaines dépenses de communes, de montée au créneau des souscripteurs au logement social dans plusieurs communes comme Oran, Mers el Hadjadj, Béthioua, Arzew et Boutlélis puis par les effets de la crise sanitaire qui a priorisé les sensibilisations, les distributions de bavettes et de produits désinfectants et des opérations de désinfection et de nettoyage des lieux publics et ainsi que de l’hygiène publique. Durant les années 2020 et 2021, les élus locaux ont donné l’impression de vouloir rattraper le temps perdu puisqu’ils ont été remarqués au côté des citoyens dans les opérations de gestion de la crise sanitaire. Le bilan des élus des assemblées locales de 2017 parait ainsi globalement «mi-figue mi-raisin», selon les observateurs et ce, en raison de l’absence d’alternatives ou de forces de proposition susceptibles d’améliorer le vécu quotidien des citoyens malgré tous les moyens mis par l’Etat. Certaines assemblées communales sortantes ont même été la proie de divergences et de «blocages» entre élus, ce qui a pénalisé le développement local avant l’intervention énergique et les rappels à l’ordre de la chefferie exécutive.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Près de 24 millions d’électeurs appelés aux urnes. APC et APW: le jour de vérité

Le temps s’annonce probablement gris ...

Récupération des fonds et des biens mal acquis se trouvant à l’étranger «Les procédures prennent du temps» !

La justice algérienne avait lancé ...

Après Mostaganem, Baadji viendra-t-il à Oran ?. «Les élus locaux seront contrôlés par le parti»

Le Secrétaire général du parti ...

Envoi de fonds des émigrés vers l’Algérie. 1,8 milliard de dollars en 2021

Les ménages algériens devront-ils s’attendre ...

Mauvaise distribution ou refus délibéré des vendeurs. Pomme de terre à 50 da, le consommateur en rêve encore

La vente de la pomme ...