Accueil » Point de Vue » Carnages routiers

Carnages routiers

«La plupart des accidents de la route ont une cause très simple : la voiture était en prise directe et l’attention du conducteur au point mort» M.L. King

Nous n’aimons pas, à vrai dire, radoter sur les accidents de la route et les hécatombes qui s’en suivent. Mais, hélas, c’est un thème d’actualité très pressant, complexe et un peu mystérieux, sur lequel il faudrait en donner son avis. C’est un feuilleton mexicain dont les épisodes se suivent et se ressemblent. Ce n’est pas très beau à voir, cependant, il faudrait impérativement voir. Parce qu’il y a des gens qui y trouvent la mort et d’autres qui se font blesser, parfois des blessures à vie …les accidents, ça produit non seulement, des morts et des blessés, maïs également des orphelins, parfois des familles décimées, du matériel et de l’argent qui y sont perdus …Attention! Les accidents de la route pèsent d’une façon ou d’une autre, grandement sur le Trésor public. Finalement, c’est l’Etat et ses organismes compétents qui vont supporter les conséquences de ces aventures, finissant la plupart du temps, dans le précipice. L’on continue à voir et à vivre sur les pas cadencés des accidents quotidiens. Malgré cela, l’on continue à refaire les mêmes gestes fatals avec la même mentalité forcenée, pour enfin finir comme ceux qui nous avaient précédés outre tombe. Toutes les mesures et les procédures prises par les pouvoirs publics afin de réduire la cadence meurtrière des accidents de la route, n’ont pas été, en effet, concluantes. Certaines personnes estiment, d’autre part, que le nombre effrayant des accidents seraient imputé à la mauvaise qualité du réseau routier national. Cette thèse pourrait s’avérer «partitivement» réelle, mais non de façon généralisée. C’est vrai que nos routes ne sont pas bien classées par rapport aux normes internationales, néanmoins elles ne sont si pires que ça. A notre avis, les accidents de la route prennent racines dans la mentalité des Algériens, prise par la vitesse excessive en voulant toujours arriver avant d’arriver. Il y a une course avec le temps ou avec un rival concurrent imaginaire que l’on veut absolument, surpasser… Au fait, lorsqu’on est pris dans la masse d’air d’un tourbillon qui tournoie rapidement, l’on n’a pas d’autre choix que de rimer avec cette vitesse. Notre mode de vie est essentiellement réglé sur la vitesse, afin d’arriver plus vite et bien sûr, avant les autres. Sinon, ça serait la perte, la grande perte de notre vie… nous avons créé notre propre réalité qui n’a rien à voir avec la réalité intrinsèque à la nature humaine…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...

Quand l’Etat travaille pour le citoyen

La souveraineté du peuple, c’est ...