Accueil » RÉGIONS » Campagne de moisson battage à Béjaia. Une récolte prometteuse malgré plusieurs aléas

Campagne de moisson battage à Béjaia. Une récolte prometteuse malgré plusieurs aléas

La campagne de moisson battage tire à sa fin dans la wilaya de Béjaia avec une récolte très satisfaisante cette année, malgré le retard de la pluviométrie de l’hiver, mais vite rattrapé au printemps. Actuellement, la taux d’avancement de la campagne dépasse les 85% pour une superficie à récolter estimée à plus de 5.000 ha. Selon la Direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Béjaia, la campagne de moisson battage se poursuit toujours dans les localités de Seddouk, Amizour, El-Kseur et Kherrata. Une campagne qui s’est terminée vers la fin du mois d’août en cours, à en croire toujours notre source. Cette année, la récolte est estimée à 68.000 quintaux de céréales entre blé et orge contre 66.000 quintaux récoltés l’année dernière. «Le rendement de cette année est supérieur à celui de l’année dernière et ce, malgré la sécheresse qui sévit et le manque de moissonneuses-batteuses», nous dira un responsable des services agricoles de la wilaya. La wilaya de Béjaia ne dispose que de 8 moissonneuses-batteuses de l’État qui sont en activité au moment où 32 autres appartenant aux privés sont en plein rendement à Sétif et Bordj Bouarrarédj, deux wilayas limitrophes considérées à haut potentiel céréaliculture. Il faut dire que l’agriculture d’une manière générale souffre de manque d’eau cette année en raison de la faible pluviométrie. Un stress hydrique qui se fait ressentir dont certaines régions souffrant le martyre. Le barrage de Tichy-Haf, se trouvant sur le lit d’un important Oued qui est Bousslam, sis dans la commune de Bouhamza, principale source d’alimentation en eau potable de la wilaya de Béjaia, enregistre une baisse du niveau de remplissage à plus de sa moitié de sa capacité. Cette situation pourra encore se répercuter négativement sur le programme d’alimentation en eau potable. «Le barrage de Tichy-Haf alimente actuellement presque la quasi-totalité des communes de la wilaya, mais sa capacité a baissé cette année, compte tenu de la faiblesse de la pluviométrie qui s’ajoute à la vétusté des canalisations et autres pertes qui font que l’eau se fait rare dans beaucoup de communes de la wilaya », nous dira un responsable en charge des projets dans le domaine de l’hydraulique, au niveau de la wilaya de Béjaia. « Déjà, plusieurs régions de la wilaya sont durement affectées par cette grave crise qui risque de durer, c’est ce qui a poussé les responsables du secteur à rationaliser l’approvisionnement en eau potable», indique encore notre interlocuteur. Les habitants de beaucoup de régions, que ce soit dans la vallée de la Soummam ou au littoral, ont soif de ce liquide précieux qui ne coule plus dans leurs robinets. Pour pallier ce manque, une station de dessalement de l’eau de mer est en cours de réalisation à Tighramt, un village relavant de la commune de Toudja, à 45 km à l’ouest de Béjaia. «Cette station, la première des cinq lancées en Algérie, sera réalisée dans un délai de 28 mois», a-t-on appris du responsable de ce projet vital pour la wilaya de Béjaia. «Cette station est lancée pour pallier à la faiblesse des ressources en eau, induite par la pluviométrie de plus en plus insuffisante», indique encore notre source qui se dit optimiste quant à la couverture des besoins en eaux de la wilaya, après sa réalisation. La station de dessalement de l’eau de mer de Tighramt qui produira 300.000 m3/j et générera plus de 600 postes d’emploi, viendra à point nommé pour pallier au stress hydrique et assurer l’alimentation de la wilaya de Béjaia en eau potable dont certaines régions souffrent le martyre. Il arrive parfois qu’on se livre bataille pour s’approvisionner en eau potable par citerne, les citoyens sont sérieusement exposés à un danger en consommant de l’eau des citernes dont la provenance n’est pas connue. Dans les régions de montagnes, les citoyens sont dans l’obligation d’acheter l’eau pour les besoins du ménage et de la consommation, en l’absence de l’eau dans les robinets…mais au prix cher. Cette forte demande en eau a poussé beaucoup à investir ce créneau. Face à cette crise d’eau, les autorités ont multiplié les appels pour ne pas gaspiller ce précieux liquide qui devient rare avec la sécheresse qui s’installe et les réchauffements climatiques. Le constat fait concernant le secteur de l’hydraulique dans la wilaya est sans appel, «la wilaya connaît un retard énorme, malgré les avancées au niveau national». Les besoins journaliers de la wilaya en eau potable sont de 144.000 M3, avec un volume de production de 256.800 M3/j. La wilaya de Béjaia compte, actuellement, plus d’une centaine de réservoirs d’une capacité de plus de 200.00 M3 avec un taux de raccordement au réseau AEP de l’ordre de 95%. La dotation moyenne est de 145 l/j par habitant avec un taux de perte dans le réseau estimé à 45%. Pour faire face au problème de manque d’eau potable, le secteur de l’hydraulique a lancé un programme d’exploitation, de nouveau, des forages existants. Ce programme lancé avec les services de l’ADE « vise à reprendre tous les forages qui avaient été mis en arrêt volontaire.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Elle permettra d’alimenter six communes de la rive sud de la wilaya de Bejaïa. Une station de traitement d’eau de 50 000 m3 mise en service

Les communes de la rive ...

Béjaia. La liste des noyades et des accidents de la circulation s’allonge

La liste des noyades en ...

Véhicules poids lourds. Circulation interdite le jour sur deux routes nationales à Béjaïa

Les véhicules poids lourds sont ...

Béjaia. Noyades et accidents de la circulation sont légion en période estivale

Depuis le lancement de la ...

62 ans après l’indépendance. L’Algérie pèse lourd sur l’échiquier mondial

L’Algérie célèbre la fête de ...