Accueil » ORAN » Boulanger, Eckmühl, Sidi Lahouari St Pierre, Derb, St Eugène… Des milliers de familles squattent des immeubles désaffectés

Boulanger, Eckmühl, Sidi Lahouari St Pierre, Derb, St Eugène… Des milliers de familles squattent des immeubles désaffectés

Des dizaines d’immeubles menaçant ruine, évacués au cours des derniers mois, dans le cadre du relogement des familles habitant le vieux bâti, continuent de faire l’objet d’une véritable offensive de la part des squatteurs au niveau de Boulanger, Eckmühl, Sidi Lahouari, St Pierre, Derb, St Eugène… Il est difficile d’obtenir un chiffre exact des immeubles menaçant ruine qui ont été squattés après les dernières opérations de relogement. En dépit de tous les risques signalés par la presse depuis des années, concernant le feuilleton des effondrements, n’ayant toujours pas connu son épilogue, et des centaines de rapports établis par la Protection civile, il semble bien que les services concernés n’arrivent pas à mettre un terme au phénomène des occupations illégales d’immeubles menaçant ruine, dans la mesure où plusieurs immeubles, programmés pour être rasés à travers divers secteurs de la ville, sont toujours occupés par des squatteurs ; le problème des habitants du vieux bâti risque de retourner à la case départ. Sachant que la wilaya d’Oran est déjà confrontée à la prise en charge des milliers de familles des immeubles menaçant ruine et des bidonvilles, selon un décompte des services de la wilaya, pas moins de 116 immeubles désaffectés et non démolis ont été squattés par les mal logés et même certains bénéficiaires ont préféré revenir à leurs demeures. En plus du danger permanent auquel sont soumises ces familles de squatteurs qui vivent la mort en sursis, le problème des immeubles en ruine et dont les occupants ont été relogés, a été toujours posé par les habitants et par les responsables locaux. Certaines bâtisses menaçant ruine, au niveau de St Pierre et Derb, sont carrément squattées par des bandes de délinquants. Les autorités locales doivent prendre des mesures radicales pour mettre fin à ce genre de pratique et procéder à la démolition de tous les immeubles qui ont été touchés par l’opération de relogement. Le wali d’Oran avait pourtant instruit les divers services concernés pour éviter toute réoccupation des immeubles déjà touchés par l’opération de relogement, malheureusement sur le terrain, c’est tout autre chose.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prevention. C’est aussi le rôle des acteurs sociaux

Vols, agressions, drogue, prostitution, émigration ...

Eclairage public. Infractions à la pelle aux règles de sécurité

On sait tous que l’électricité ...

Centre hospitalier universitaire d’Oran (CHU). Casse-tête chinois pour le stationnement

Aller à l’hôpital n’est généralement ...

Cimetières. Ampleur des profanations et rites de sorcellerie

La plupart des cimetières de ...

Etablissement hospitalier universitaire d’Oran (EHU). Une passerelle ou des ralentisseurs pour éviter le pire

La sécurité routière est le ...