Accueil » RÉGIONS » Bouira. Consolidation, restauration et préservation des sites historiques

Bouira. Consolidation, restauration et préservation des sites historiques

Dans l’optique de sauvegarder et de protéger les précieux sites archéologiques et biens culturels, les responsables, au niveau de la Direction de la culture de la wilaya de Bouira, ont pris la louable et non des moindres initiatives, en lançant plusieurs et différentes opérations de consolidation, de rénovation et de restauration. En effet, le territoire wilayal regorge, foisonne et renferme d’incommensurables, de considérables et d’importants sites historiques, vestiges, stèles, monuments, débris, décombres et empreintes historiques arguments et témoins des différentes époques et civilisations mais, des dégradations provoquées par de nombreux facteurs notamment des effets de la nature et de la main humaine ont touché, impacté et influé ce capital et patrimoine culturels historiques. Pour ce faire et afin de les conserver et de les protéger, des mesures de restauration ont déjà commencé ; d’ailleurs, c’est le cas pour l’arc de l’aqueduc de la ville de l’ex-Auzia au temps des Romains puis de Aumale durant l’époque coloniale et l’actuelle Sour-El-Ghozlane qui se situe à quelque 35 km au cardinal sud de la wilaya de Bouira. L’ouvrage hydraulique qui date depuis l’époque romaine, est inscrit en 2009 sur l’agenda et l’inventaire de la Direction de la culture de la wilaya de Bouira, d’après des témoignages de nombreuses personnes d’un âge avancé, ledit aqueduc était doté et constitué de 07 grands arcs reliant les deux rives de l’Oued Hammam et pendant la période coloniale, 06 arcs ont été détruits, selon un responsable au niveau de la Direction de la culture qui a déclaré: «Nous n’avons trouvé aucune opposition ou problème de la part des propriétaires du terrain où est implanté l’aqueduc; ils nous ont facilité la tâche et même encouragé, aidé et nous ont ouvert les portes et l’entreprise qui est chargée de restaurer ce site, a été installée le 23 mai du mois passé, pour un délai de réalisation de trois mois pour terminer les travaux. Nous comptons faire de ce site, un lieu touristique et nous avons demandé au président de l’A.P.C de Sour-El-Ghozlane d’aménager un accès vers ce site». Toujours, selon le même responsable qui indique que 1,5 kilomètre de la muraille de la ville de l’ex-Auzia ont été rénovés et pour la restauration des trois portes de ladite muraille, à savoir la porte d’Alger, la porte de Boussaâda et la porte de Sétif, leur cas et leur situation sont compliqués car des indus occupants ont squatté ces lieux depuis un bon moment et pour les déloger, ce n’était pas une mission facile et d’ailleurs tous les avis d’appels d’offres effectués étaient infructueux et ce n’est que dernièrement qu’on a pu trouver une entreprise qui sera installée dans les tout prochains jours pour commencer les travaux. En outre, les travaux du monument funéraire de Ghorfat d’Ouled Slama qui est aussi connu sous l’appellation du Tombeau de l’Aguellid Takfarinas, implanté dans la ville d’El-Hakimia qui se situe à quelque 39 km au cardinal sud du chef-lieu de la wilaya de Bouira, cette édifice de cinq mètres carrés est construit en pierres taillées avec une technique dite Opus Quadratum selon notre interlocuteur et en ajoutant que ce mausolée de Takfarinas est classé par la commission nationale des biens culturels en date du 27 décembre de l’année 2007. D’ailleurs, une opération de travaux a été lancée en 2011 pour la protection dudit site et pour ce qui est de sa restauration complète, cette dernière a été retardée pour cause d’existence de tombes récentes à côté du mausolée et ce qui a obligé les responsables de la Direction de la culture de faire une révision et de revoir leur plan et la solution trouvée, c’est de réaliser une séparation entre le cimetière et le mausolée et pour cette réalisation, le cahier de charges sera déposé dans les tout prochains jours au niveau de la commission des marchés pour visa et puis le lancement d’un avis d’appel d’offres et toujours dans le même ordre d’idées, le même responsable indique que: «Sa direction projette et envisage en collaboration avec le président de l’A.P.C de la ville de Sour-El-Ghozlane, de faire un aménagement du jardin d’Isly qui se trouve dans le centre-ville pour le transformer en jardin épigraphique avec plusieurs pierres et stèles à inscriptions latines.

À propos Hocine Taib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Bouira. Il blesse son ex-femme et tue son neveu

Les services de sécurité de ...

Bouira. Une femme piquée par un scorpion

Les éléments de la protection ...

120 bottes de foins réduites en cendre

L’unité secondaire de la protection ...

Bouira. Incendie dans un entrepôt

Un incendie s’est déclaré, ce ...

Bouira. 02 morts et 02 blessés dans un accident de la route

Les unités de la Protection ...