Accueil » Point de Vue » Bond qualitatif de nos industries militaires

Bond qualitatif de nos industries militaires

Une armée, ça sert d’ordinaire à défendre la patrie contre toute agression étrangère ennemie. Cependant, pas d’efficacité dissuasive militaire sans une maîtrise de la technologie industrielle militaire. Une armée dépendant dans son approvisionnement en armement de l’étranger est une armée condamnée, tôt ou tard, à la défaite au cas où des hostilités seraient déclarées face à une puissance ennemie. Pendant son court règne en tant que fondateur de l’Etat algérien moderne, l’Emir Abdelkader a fondé une manufacture d’armes à Boghar, dans la région de Médéa. Par sa perspicacité, le jeune émir savait déjà que c’est être dépendant en armement d’une quelconque puissance étrangère. Au cours de la révolution, les chefs de l’ALN avaient réussi à installer des manufactures d’armement sur les territoires des pays voisins. Après l’indépendance, l’on avait pensé à l’installation d’une industrie militaire algérienne, seulement le legs colonialiste était lourd de conséquences. D’autres tâches plus importantes attendaient en priorité les nouveaux gouvernants de l’Algérie indépendante. Mais l’idée de vouloir mettre sur pied une industrie militaire obsédait incessamment, les pouvoirs et les gouvernements qui se sont succédé depuis l’indépendance. A partir des années 1980 on avait enfin, réussi à réaliser l’ébauche de ce grand rêve, de se voir un jour doté d’une industrie militaire à la hauteur des attentes de la nation algérienne. Tout devrait commencer en coopération avec des pays amis par la production d’armes légères et de munitions. Il faudra attendre quelques années, seulement, pour assister à une vraie industrie qui touchait presque à tout. Allant des armes lourdes à d’autres moyens de transports des troupes. Déjà quand vous produirez vos propres armes, vous allez vous garantir de leur efficience et par la même occasion épargner les devises que vous devrez débourser à votre fournisseur. A ne pas oublier surtout, que de nos jours les puissances monopolisant l’industrie militaire et le marché de l’armement sur toute la planète, ont toujours eu horreur de la concurrence, notamment celle en provenance de ces pays du tiers-monde, qui osent -parfois- relever le défi de l’autonomie vis-à-vis de l’Occident. Le monde occidental jaloux de ses inventions et qui garde une main basse, depuis environ deux siècles et demie, sur tous les facteurs du développement, n’a pas l’intention de céder d’un pouce sur le monopole de tout ce qui a trait à la puissance. Il maintient sa puissance le plus longtemps possible, par le biais du perfectionnement soutenu de ses performances industrielles scientifiques et technologiques. Pis encore, en maintenant les faibles États du tiers-monde dans leurs conditions éternelles d’entité dépendantes de ses charités…

À propos Abdelkader Benabdellah

x

Check Also

Toute l’importance de la santé scolaire

La santé scolaire, la cantine ...

L’importance de l’autosuffisance alimentaire

C’est justement, vers quoi l’Algérie ...

A quand la fin du bidonville?

En vue d’en atténuer l’effet ...

Mais que reste-t-il de Ghaza ?

Une fois encore, les maîtres ...

La route tue de plus en plus

A notre modeste avis, même ...