Accueil » CHRONIQUE » Blé, l’Algérie sereine…

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du blé et du soja ont chuté à Chicago, sous l’effet des importantes réserves mondiales et des prévisions de récoltes abondantes en Amérique du Sud. Cette baisse est également attribuée au renforcement du dollar, rendant les céréales américaines plus coûteuses sur les marchés d’exportation. Les perspectives de récolte optimistes au Brésil et en Argentine, ainsi que les récoltes exceptionnelles aux États-Unis l’année dernière, ont contribué à cette baisse des prix. La question se pose maintenant de savoir si le maïs pourra se maintenir au niveau de 4 dollars, étant donné les stocks sud-américains destinés à l’exportation. L’abondance de l’offre mondiale de blé et la faiblesse des prix de la Russie et d’autres exportateurs de la mer Noire ont également exercé une pression. Dans l’ensemble, Argus Media-Agritel souligne qu’aux États-Unis, les ventes à l’exportation de la semaine dernière ont été inférieures aux attentes pour le blé et dans la fourchette basse des attentes pour le maïs. Les exportations de soya américain demeurent au point mort avec 55 000 tonnes vendues la semaine dernière, contre des attentes de 300 000 à 800 000 tonnes, ce qui en fait les ventes les plus faibles de la dernière année. Les analystes ont souligné qu’il en coûtait de 1 à 1,50 $US de moins que le boisseau pour le soya brésilien. «Ces éléments ne sont pas de nature à favoriser un rachat massif par les fonds, ce qui pousse les marchés dans l’environnement baissier que nous connaissons actuellement». «La question est maintenant de savoir si les grands importateurs de blé comme l’Égypte, l’Algérie et l’Arabie saoudite vont lancer de nouveaux appels d’offres cette semaine. Mais les prix russes et ceux des autres pays de la mer Noire sont toujours à peu près les plus bas, ce qui signifie que la mer Noire serait la favorite pour remporter de nouvelles affaires cette semaine », écrit «Zone Bourse». Cependant, le bloc Russie, Kazakhstan et Turquie représenterait en prévisionnel 25 % des échanges mondiaux sur la campagne de blé dur de 2023-2024. «Les conditions climatiques difficiles de l’été 2023 au Maghreb et dans les grands pays exportateurs ainsi que de moindres stocks ont abouti à une offre faible en blé dur, estime Alexandre Marie, chef analyste chez Argus Media-Agritel. Mais en parallèle, les stocks se sont accumulés en Turquie, en Russie et au Kazakhstan». Les prix des céréales connaissent une tendance baissière en raison de stocks excédentaires et de la concurrence féroce entre l’Europe de l’Ouest et la mer Noire. Cette situation favorise les chargements depuis les ports français en raison de la faible différence de prix à l’exportation. «Il y a un excédent de blé en Europe de l’Ouest et en mer Noire », deux régions en proie « à une concurrence acharnée pour vendre avant la nouvelle campagne », explique Sébastien Poncelet, spécialiste des céréales chez Agritel, au sein du groupe Argus Media France. À un euro d’écart, les prix à l’exportation « sont aujourd’hui presque au même niveau au départ du port de Rouen [premier port céréalier européen, NDLR] et de la mer Noire ». La situation peut favoriser les chargements au départ des ports français, notamment vers le Maroc, l’Algérie et la Chine, soutient Damien Vercambre, du cabinet Inter-Courtage. Mais globalement, relèvent les analystes, les acheteurs prennent leur temps, ne passant des commandes qu’au compte-goutte, faisant jouer un maximum la concurrence entre les exportateurs. « Les prix sont aujourd’hui largement en dessous des prix de production des agriculteurs européens, mais pas encore des agriculteurs russes », ajoute Sébastien Poncelet.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...

Le pétrole au centre du conflit Iran-Israël

Les prix du pétrole ont ...