Accueil » MONDE » Birmanie. Le G7 condamne « fermement les violences » contre les manifestants

Birmanie. Le G7 condamne « fermement les violences » contre les manifestants

Les dirigeants du G7 ont « fermement » condamné les violences commises par les forces de sécurité birmanes contre les manifestations pacifiques » appelant les autorités à « la plus grande retenue », mardi, dans un communiqué. La pression s’accentue contre les autorités birmane. Les ministres des Affaires étrangères du G7 et le chef de la diplomatie européenne ont « fermement » condamné, mardi 23 février, les violences commises par les forces de sécurité birmanes contre les manifestants pro-démocratie pacifiques. « Nous, les ministres des Affaires étrangères du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des Etats-Unis, ainsi que la haut représentant de l’Union européenne, condamnons fermement les violences commises par les forces de sécurité birmanes contre les manifestations pacifiques », ont-ils indiqué dans un communiqué, appelant l’armée et la police à « la plus grande retenue » et au « respect des droits de l’Homme ». Depuis trois semaines, les autorités birmanes n’ont pas cessé d’intensifier le recours à la force afin d’affaiblir la mobilisation pro-démocratie. Jusqu’à présent, trois manifestants ont été tués alors qu’un homme qui patrouillait pour éviter des arrestations massives dans son quartier, à Rangoun, a été abattu. Dans la nuit de lundi à mardi, les Etats-Unis ont annoncé des sanctions contre deux autres leaders de la junte militaire birmane qui a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, le général Maung Maung Kyaw, à la tête de l’armée de l’air, et le lieutenant-général Moe Myint Tun. Une salve de mesures similaires avait déjà été annoncées par Washington il y a dix jours, visant plusieurs leaders de la junte au pouvoir, dont son chef, le général Min Aung Hlaing. « Nous n’hésiterons pas à prendre de nouvelles mesures contre ceux qui commettent des actes de violence et répriment la volonté du peuple. Nous ne faiblirons pas dans notre soutien au peuple birman », a prévenu le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. Il a appelé « l’armée et la police à cesser toute attaque contre les manifestants pacifiques, de libérer immédiatement toutes les personnes injustement détenues, de mettre fin aux attaques et aux intimidations contre les journalistes et les militants, et de rétablir le gouvernement démocratiquement élu ». Cette annonce est intervenue quelques heures après la décision de l’UE de prendre des sanctions contre les intérêts économiques et financiers des militaires responsables du coup d’Etat. « Toute aide financière directe […] aux programmes de réforme du gouvernement est suspendue », a indiqué le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19. La Chine annonce un allègement général des restrictions

Après un allègement des restrictions ...

Mort de Shireen Abu Akleh. Al Jazeera soumet l’affaire au procureur de la CPI

La chaîne de télévision qatarie ...

Covid-19, grippe et bronchiolite. La France face à une «triple épidémie» inédite

Entre une neuvième vague de ...

Etats-Unis. Au moins 25 millions d’Américains menacés par le mauvais temps

«Une succession d’orages graves ? ...

Iran. Plus de 300 morts depuis le début des manifestations

Un premier bilan officiel, qui ...